Eloge de la gentillesse

12 Nov

Ce mardi  13 novembre, nous fêtons pour la première fois en France la Journée Mondiale de la Gentillesse, un concept repris aux anglo-saxons. En soi, l’idée est louable : nous avons déjà des journées pour les pères, les mères, les grands-mères, la journée de la femme, la semaine de la diversité, la saint-valentin, la semaine du goût, et la liste est encore longe de ces événements qui s’égrènent au fil des mois. Une journée de la gentillesse donc constitue donc plutôt une initiative positive.

Un peu de gentillesse ne fait pas de mal, surtout un treize du mois, après tout ce jour compte peut-être parmi les rôles qui lui sont attribués celui de conjurer les superstitions qui pourraient pointer le bout de leur nez. La température extérieure est de surcroît brutalement retombée, quoi de mieux qu’un peu de gentillesse pour remettre un peu de chaleur à l’intérieur ? Pour ces raisons simples, j’ai envie d’approuver cette célébration. Et aussi parce que si tout le monde s’y met, nous passerons tous un bon mardi. Un mardi où tout le monde ne manifesterait que « bienveillance, prévenance et délicatesse » pour reprendre la définition de la gentillesse, ce serait tout de même dommage de s’en priver.

Oui, mais… parce que vous le sentiez venir et le voilà, il y a un bien un « mais ». En effet, si l’on reprend l’autre partie de la définition de cette qualité, la gentillesse se conçoit comme un comportement habituel. Et c’est bien là que le bât blesse. Si donc une personne a coutume d’être gentille, aucun changement ne devrait être constaté. Et si elle ne l’est pas, est-il vraiment possible qu’elle s’éveille ce matin soudain transformée ? Qu’en voyant quelques affiches, une dépêche AFP ou un article de journal consacré au sujet, elle soit soudainement encline à se montrer agréable envers ses voisins, ses collègues, ses connaissances et ses proches ?

C’est pour cela que je souhaite vanter les mérites de la gentillesse sur le long terme. Car si elle est a priori vue comme un trait de caractère positif, cette vertu peut susciter de la méfiance, parfois même de la défiance et souvent une mise à distance. On veut bien  être « gentils, mais pas trop », on se demande ce que peut cacher la soudaine prévenance d’un tel, on cherche surtout à ne pas être pris pour le « gentil de service ». Cette prudence est pleinement légitime, il ne s’agit pas de se laisser berner par une attitude mielleuse et intéressée. Il ne s’agit pas non plus de devenir une bonne poire dont on profite sans contrepartie.

Mais la gentillesse est bien plus riche que cela : elle est un état d’esprit positif, une façon d’agir envers l’autre en cherchant à lui faire plaisir et en respectant sa nature propre (en respectant aussi sa sale nature si tel est le cas). Elle ne doit pas pour autant se muer en naïveté, en prévenance aveugle. Elle ne doit pas non plus tout accepter pour permettre l’épanouissement d’autrui. Elle n’a pas à virer non plus à la philanthropie. La gentillesse est simple, elle est juste un mode de relation qui consiste à ne pas se polluer de calculs, d’arrière-pensées inutiles, et à faire en sorte de valoriser ce qui est bien et bon, avec clairvoyance. En se comportant ainsi, c’est d’abord à soi que l’on se fait du bien, c’est d’ailleurs d’abord envers soi qu’il convient d’être gentil. C’est aussi de cette manière que l’on pourra être qualifié de vrai(e) gentil(le). Et ça, c’est un compliment autrement plus satisfaisant que le fameux « il(elle) est gentil(le) » que nous redoutons tant.

Alors, en ce 13 novembre, louons la gentillesse, pratiquons-là, mais ne nous arrêtons pas à minuit…

Publicités

Une Réponse to “Eloge de la gentillesse”

  1. blogdemissbavarde 13 novembre 2012 à 13:12 #

    il est vrai que le « il est gentil ou elle est gentille  » c’est pas très positif, c’est bizarre je ne le dis pas comme si c’était méchant moi je le pense vraiment en plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :