Amours et Feydeau

21 Nov

Avant même de parler de la pièce, très réussie (mon parti pris étant de ne parler ici que de celles que je recommande), il faut dire que le Ciné 13 Théâtre est un lieu à part, où l’on est un peu comme chez soi. D’abord parce que les gens qui y travaillent sont accueillants, et en ces temps de crise, où beaucoup font la tête, c’est un point à souligner. Ensuite parce que c’est un théâtre qui soigne sa programmation en privilégiant la qualité, l’innovation et la passion, et permet à des talents de se révéler.  A ce titre, je vous recommande très vivement le festival Capsules qui a lieu au mois de juin. Je poursuis sur l’accueil en ajoutant qu’il y a un bar convivial à l’intérieur, et en ce moment, en prime, une mini-expo de peintures autour de la Tour Eiffel. Mais surtout, la salle elle-même est atypique : les premiers qui y rentrent ont ainsi le bonheur de pouvoir s’étaler dans les grands canapés rouges des deux premiers rangs ou dans les canapés du 3ème rang. Les autres sont bien installés aussi, rassurez-vous, mais sur des sièges plus classiques.

J’en viens donc à la pièce elle-même, ou comment Feydeau retrouve un nouveau souffle grâce à ces quatre acteurs hyper doués. Trois pièces courtes de Feydeau donc, que pour ma part je ne connaissais pas, mais dont les vrais initiés ont sûrement vu plusieurs versions, en tout cas au moins pour « Feu la Mère de Madame », Amours et piano et Les pavés de l’Ours étant peut-être plus confidentielles. Dans tous les cas, on se régale dans ce décor d’époque de voir se croiser les personnages et les quiproquos grandir, selon l’implacable mécanique du grand Georges. Toute la finesse de l’écriture est restituée et grandie par le jeu volontairement caricatural des membres de cette sympathique troupe qu’il faudra continuer à suivre. Les costumes participent pleinement au spectacle, tantôt esthétiques et reflétant bien l’époque, tantôt presque burlesques. Mais ce qui fait tout le charme de cette mise en scène, c’est la touche de modernité qui est ajoutée au texte original par les chansons qui y sont insérées, drôles et touchantes à la fois, et portées par la voix magnifique de la comédienne. J’étais devenue une sceptique de Feydeau, déçue par des représentations trop brouillonnes et des portes qui ne claquaient pas au bon moment, me voilà de nouveau amoureuse de son œuvre…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :