Passeport pour la bonne humeur

13 Fév

Récemment, j’ai été renouveler mon passeport, ce qui est plutôt une bonne chose parce que cela sent bon l’envol vers les vacances qui aura lieu dans quelques semaines. Mais l’objet de ce court billet n’est pas de vous narguer au milieu de l’hiver que je suis moi-même encore solidairement en train de traverser avec vous avec une peau dont la blancheur n’a rien à envier à la neige que nous avons récemment vu débarquer sur nos trottoirs.

Je constate simplement que le passeport n’est plus (eh oui, tout fout le camp, c’est la crise). Parce qu’il faut le dire, j’aimais bien mon ancien passeport. Déjà parce qu’il y avait quelques jolis tampons dessus. Pas tellement, c’est vrai, parce que je me suis essentiellement déplacée en Europe. Mais quelques uns quand même. Et les contempler me permettait l’espace d’un instant de me prendre pour une sorte d’aventurière (que je ne suis pas, il faut bien le reconnaître), et me plongeait dans un certain exotisme. Enfin, sur ce point, vous pourrez à raison m’objecter que toutes ces pages désormais vides ne demandent qu’à recevoir le cachet de quelque improbable poste de douane niché à l’autre bout du monde.

Mais ce qui me chagrine vraiment, ce sont les normes du passeport biométrique. Parce que plus encore que les noms des lieux visités, c’est la photo que j’aimais bien sur mon passeport. Une jolie photo, avec une coiffure réussie, plein de style, et surtout une énorme sourire qui s’accordait parfaitement avec l’état d’esprit qui est le mien lorsque je prends l’avion pour découvrir une nouvelle destination, choisie parmi tant d’endroits que j’ai envie de visiter. Mon esprit plane alors au-dessus des nuages à une altitude encore plus élevée que ne le fait mon moyen de locomotion. Et quand j’ouvrais mon titre d’identité pour contempler mon visage dynamique et heureux de cette invitation au voyage, cela ne faisait que renforcer ma joie d’être en congés. Maintenant, tout cela est fini. Mon nouveau passeport est laid, il faut bien le dire. Parce que ces nouvelles normes internationales interdisent toute émotion, toute expression même, donnant à tous les voyageurs l’air de zombies lobotomisés. Pas de maquillage pour égayer les yeux, la bouche plate, les cheveux pendants à défaut d’avoir pu être attachés, les cernes de l’hiver apparents, ce petit carnet bordeaux n’est plus qu’un document. Il n’a plus la poésie que pourrait suggérer son élégante couverture. Lorsqu’on l’ouvre, apparaît une personne qui a l’air triste et terne alors que même à l’intérieur de la cabine photomaton, mon enthousiasme est encore là. Bien sûr, le sourire, je ne l’ai pas rangé, et pour compenser, tiens, j’essaierai même de montrer mes dents à l’inspecteur des douanes (avec prudence tout de même de peur qu’il ne me prenne pour une terroriste en puissance).

Mais si parmi mes lecteurs se trouve une personne capable d’infléchir ce règlement idiot, je vous en supplie, laissez les yeux des futurs passagers pétiller, laisser leurs fossettes scintiller, et leurs cheveux jouer la coupe déstructurée. La bonne humeur n’est pas dangereuse, même si elle est contagieuse…

Advertisements

6 Réponses to “Passeport pour la bonne humeur”

  1. Johne728 16 juillet 2014 à 05:43 #

    Nice read, I just passed this onto a friend who was doing some research on that. And he just bought me lunch since I found it for him smile So let me rephrase that Thank you for lunch! Whenever you have an efficient government you have a dictatorship. by Harry S Truman. keebbakedefk

    • plumechocolat 16 juillet 2014 à 13:16 #

      I’m glad you had a nice time with your friend eating this free lunch. I wish you both to keep smiling during all summer.

  2. stateofmind (@juststateofmind) 21 février 2013 à 09:14 #

    En tous cas moi, sur mon passeport, j’ai une tête de terroriste (je trouve). Si cela doit refléter mon vrai « moi » sans artifice (sourire?) et bien ça fait peur. En fait, non, JE fais peur…

    • plumechocolat 21 février 2013 à 09:33 #

      Je ne pense pas que l’on puisse être son vrai soi dans une cabine photomaton, la bouche figée avec une coiffure pire que celle que l’on peut avoir au réveil en ne voyant rien en plus pour ceux qui portent des lunettes et ont dû les enlever…

  3. JCM (@jchmfly) 14 février 2013 à 09:23 #

    La raison est simple. Les inspecteurs de la police des frontières ou douane n’ont aucun sens de l’esthétique, et cela répond à un besoin pratique.
    Je me mets au défi n’importe qui ne se présenter pimpant(e) après 8heures de vol en eco, le petit matin ou tard dans la nuit. Lors de mon dernier voyage, dans un demi-sommeil, j’ai mis qq secondes à reconnaître sur la photo prise à l’arrivée, la tête hirsute et blafarde, avec une moue renfrognée (dont on m’avait parlé que je ne me pensais pas capable). Malgré tout l’agent s’est intéressé à moi et m’a demandé ce que je vais faire dans son beau pays (comment ca il demande à tout le monde ??). J’ai émis un grognement en guise de réponse. Le crapaud a retrouvé une forme humaine et sociable après une douche, déjeuner pour mon meeting (quasiment un prince charmant, mais tout le monde sait que les princes charmants ne vivent que dans les forets et châteaux, et pas dans les salles de réunion/open space).

  4. blogdemissbavarde 13 février 2013 à 21:41 #

    Je dois le changer aussi !!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Les carnets du bien-être

Des idées et des outils pour se détendre et se ressourcer

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :