Typologies (non exhaustives) des hommes à ne pas approcher de trop près

6 Mar

Depuis quelques temps, on voit partout la typologie des hommes à fuir à tout prix… On s’était d’ailleurs fait la remarque avec WorkingGirl, de faire nous aussi la typologie de nos expériences passées, histoire de – vous voyez- ne pas faire vous aussi les mêmes bêtises que nous… – bonté quand tu nous tiens…-

Les 5 ex à fuir de WorkingGirl

Ce qui est difficile quand tu vieillis, c’est de faire le tri entre simples rencontres et histoires passées. Ceux qui deviendront tes ex, et l’expérience que tu en retireras… Ce qui marche aussi pour ces messieurs ! Pour ma part, mes relations – courtes ou longues – se divisent en 5 typologies d’ex qui m’ont plus ou moins marquée :

  • L’ex que tu aimes profondément, mais que tu laisses partir… C’est ta plus longue relation, et si tu as de la chance, ce que tu diras à tes enfants et petits-enfants, ton premier amour… Pourquoi alors le laisses-tu partir ? Parce que parfois dans la vie, tu deviens adulte, et qu’un matin tu te rends compte que même si tu l’aimes vraiment, tu ne vois pas (ou plus) ta vie avec lui…
  • L’ex d’un soir, mais que tu ne reverras pas… Celui-là, pas besoin de vous l’expliquer. Rencontré en soirée ou dans un mariage *hum*, tu sais qu’il n’y a pas besoin d’explication le lendemain matin, c’est clair dès le début entre vous deux. Il n’y aura pas suite à votre histoire, et sans vouloir tomber dans les clichés, pas besoin de petits déjeuner non plus. Il faut au moins le tenter une fois dans sa vie -We are young-
  • L’ex que tu apprécies, mais avec qui tu sens venir la totale galère… En gros, c’est celui qui n’est pas qu’un peu compliqué. C’est celui qui ne s’est jamais posé, bourré de préjugés et d’exigences, c’est l’ex gravement atteint du « Je cherche la femme de ma vie, la mère de mes enfants ». Que dire de plus ? Tout est dit… Ta réaction ? Là, ton sang se glace, tu te figes, tu paniques, tu te fermes comme une huitre, et tu n’as qu’une envie : Fuir!
  • L’ex qui est un gentil garçon, mais que tu n’arrives pas à aimer… Celui-là, ou ceux-là (tout dépend de ton degré de déception) arrive généralement après LA relation. Il est très gentil, et même a-do-ra-ble, trop même, et c’est bien ça le problème… Ça sera le mec kleenex en quelque sorte, celui qui (malheureusement pour lui), te fera passer à autre chose. Celui qui s’accroche, mais que tu  finiras quand même par quitter…
  • L’ex courant d’air, qui disparaît du jour au lendemain… Lui, c’est un peu spécial. C’est un mec avec qui tout t’oppose, avec qui on ne te voit pas du tout, mais avec qui malgré tout tu t’entends bien et que tu kiffes sans savoir pourquoi… Il fait ressortir en toi, un comportement que tu pensais enfouit à jamais, drôle et sociable, tu t’amuses comme une collégienne. Tes amis ne comprennent pas? Et bien en fait, toi non plus… Pareil, mais différents. Un beau jour, il n’est plus là, et c’est très bien comme ça…

Et le prochain il sera comment ? J’espère un peu des cinq : je l’aimerai  comme une folle, ça sera clair dès le début, je serai la femme de sa vie et la mère de ses enfants, il sera un gentil garçon, et nous serons pareils mais différents, sans savoir pourquoi…

**********

Les premiers rendez-vous ratés de PlumeChocolat

Mais avant d’espérer qu’une histoire se noue, amicale ou plus si affinités, nous en passons toutes et tous par un premier rendez-vous en tête à tête avec celui (ou celle pour vous les hommes) qui a su retenir notre attention et nous donner envie d’en savoir plus. Parfois, ce moment partagé est conforme aux souhaits que nous avions formulés. Mais il est d’autres moments où l’on se dit que l’on aurait pu mieux employer notre temps, voire même que l’on aurait préféré regarder une rediffusion d’émission américaine mal doublée sur une chaîne de la TNT. Cela dit, ça fait au moins un souvenir à raconter, en voici une petite liste non exhaustive pour vous, fruit d’expériences réelles ou enjolivées.

  • Le mec qui a une passion et une seule : vous l’aviez trouvé charismatique, emporté dans ses discours sur ce qui l’intéresse, capable même de vous y intéresser, alors que ce sujet vous est aussi familier qu’un troupeau de gnous. Et là, en le revoyant, vous découvrez qu’en effet, il aime en parler, à tel point qu’il ne sait parler que de ça. Le fan de voile qui vous explique les sensations extraordinaires qu’il y a sur tel modèle de catamaran, l’informaticien qui ne se rend pas compte que vous avez décroché entre java et html, le photographe qui plutôt que de vous parler des paysages qu’il a capturés va vous vanter les mérites du derniers Nikon BZ92PE3 ou du Canon 387945 (noms non contractuels) et de leurs fabuleuses options de réglages. Le hic, c’est qu’en plus, tout peut les ramener à leur domaine de prédilection. Cela va bien si vous avez le même, mais sinon, la seule chose à en retirer est de pouvoir à l’occasion replacer l’une des phrases entendues dans une prochaine soirée. 
  • Le mec qui ne parle que d’argent : au fond, on pourrait considérer cet individu comme une variante du mec qui n’a qu’une passion. Lui, ce qu’il aime, c’est parler d’argent. Pas vous étaler son salaire, non, mais parler du coût de la vie, de l’inflation, de ses différents postes de dépenses. Là, en ce moment, il fait des travaux chez lui, il est passé au Brico hier, et il a dépensé 35 euros pour son pot de peinture, 5,48€ pour le pinceau, 1,43€ pour le scotch… Après ce repas (parce que oui, vous êtes partis pour un repas), vous pensez qu’il va au moins avoir l’élégance de payer l’addition, d’autant qu’il a pris le menu gastronomique quand vous vous êtes contentée d’une assiette de pâtes et d’un café. Mais non, il vous fait le coup du : « on divise par deux ? ». Et là, vous regrettez de ne pas avoir conservé le ticket de caisse de votre dernier passage au supermarché pour lui détailler le coût de la sauce tomate, des pâtes et de l’eau minérale.
  • Le narcissique : cet homme s’aime, à n’en pas douter. Il est extraordinaire et il vous le fait bien savoir. Pour un peu, vous ne seriez pas étonnée qu’il finisse par vous dire que c’est lui qui a libéré la France en 1945. Il n’était pas né ? Détail de l’histoire. Enfin, aucun doute là-dessus, c’est un véritable héros, il a sauvé au moins trois personnes de la noyade, redressé une entreprise au bord de la faillite, soutenu son frère dans le besoin, obtenu dix trophées sportifs. A côté, votre premier prix de calcul mental en CM1 ne fait pas le poids, c’est sûr. Donc vous vous taisez poliment, en écoutant tous les morceaux de bravoure de ce MacGyver doublé de maréchal Leclerc. Et si vous avez un peu d’humour en réserve, vous lui proposez de rédiger sa bio, ça ferait un excellent bestseller.
  • Le mec qui pose trop de questions : à l’inverse du narcissique, cet homme s’intéresse à vous. Vraiment. Trop peut-être. Même à un entretien d’embauche ou à votre jury de fin d’études, on ne vous a jamais cuisiné avec tant de méticulosité. Il veut tout savoir, date et lieux de naissance, ce que font vos parents, vos frères et sœurs, le nom de vos profs de lycée, votre passé sentimental  depuis l’école primaire et avec force détails, comment sont vos collègues, où vous passez vos vacances, avec qui. Au bout d’un verre, vous avez l’impression d’être en garde à vue. Mais non, la porte est bien ouverte, vous fuyez.
  • Le peloteur : il y a des gens qui aiment les contacts physiques, vous voulez bien le concevoir. Même si vous n’aimez pas ça vous-même, une tendance à vous toucher gentiment le bras ou l’épaule, si vous savez que c’est dans le caractère du personnage, vous voulez bien l’accepter. Mais point trop n’en faut quand même. Vous discutez depuis dix minutes à peine, sans que le feeling ne passe particulièrement, et là, vous sentez sa chaussure cogner votre jambe. Vous pensez qu’il a simplement changé de position, qu’il vous a heurté par inadvertance mais : (1) il ne s’excuse pas ; (2) il revient à la charge. Pas de doute, il vous fait du pied sous la table, et là, il vous sort la grandiose phrase : « tu fais quoi ce soir après 22 heures ? ». Vous regardez cinq secondes ses yeux globuleux, le temps de trouver la réponse la plus appropriée, et vous ne trouvez qu’un « je nettoie mon pantalon que tes chaussures ont sali », c’est nul, mais lui aussi, ça va ensemble.
  • Le mec qui ne rappellera jamais : après toutes vos péripéties, vous passez enfin une bonne soirée. Le courant passe, le mec est sympa, vous avez quelques points communs, pas de blancs dans la discussion si ce n’est des silences prometteurs. Bref, vous n’avez pas vu le temps passer que c’est l’heure de se quitter. Après cette soirée prometteuse, où vous avez senti, sans que ce soit le fruit de votre imagination fertile, que l’autre avait aussi apprécié ce moment en votre compagnie, vous proposez de vous revoir. Et là, vous restez sur un « oui, ce serait sympa » qui ne sera suivi d’aucune proposition, même après avoir relancé (subtilement) quelques jours plus tard.

Lassée de tout cela, vous décidez d’aller passer une soirée entre copines, là au moins, on sait à quoi s’attendre !!

Publicités

7 Réponses to “Typologies (non exhaustives) des hommes à ne pas approcher de trop près”

  1. L'Extravagant 6 novembre 2013 à 20:58 #

    Il manque un cas, malheureusement assez courant : celui (ou celle) qui ne parle que de ses ex … Ah, mon ex faisait ça ! Tiens, c’est amusant, mon ex disait pareil … La variante géographique est celui qui, étranger, ne fait que parler de son pays : Chez nous, on fait comme ça ! Pourquoi vous mangez ça ? Chez nous on ne mange pas ça …

    Bref. Dans les deux cas, une fois l’animal repéré, souriez poliment et … barrez-vous !

    • plumechocolat 7 novembre 2013 à 14:58 #

      Il manque un certain nombre de cas, d’où la non exhaustivité soulignée dans le titre. Et à choisir, je préfère tout de même en apprendre plus sur une culture étrangère que de voir énumérés les points communs que j’ai ou n’ai pas avec l’ex de la personne en face de moi ;-).

  2. Camille G (@camillegblog) 25 mai 2013 à 06:33 #

    c’est tellement vrai !!!

  3. Gaëlle 6 mars 2013 à 15:19 #

    Hahaha, pas facile cet exercice. ça donne une belle typologie et c’est amusant à lire. Bravo à vous !

    • plumechocolat 7 mars 2013 à 12:57 #

      Non, pas facile, mais il y en aurait à rajouter aussi sûrement ;-). c’est amusant aussi à écrire

  4. blogdemissbavarde 6 mars 2013 à 13:31 #

    Excellent article j’adore c’est ça 🙂

    • plumechocolat 7 mars 2013 à 12:58 #

      Comme quoi nous vivons toutes un peu les mêmes expériences 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :