Le difficile parcours de l’usager du métro

11 Mar

L’expérience du métro commence par le quai

Parfois vide, souvent plein, qui déjà n’est pas gai

L’affichage du délai avant la prochaine rame

Nargue les passagers de cet étrange drame

Qui se joue chaque jour, de l’aurore jusqu’au soir

Essorant l’usagé (oui, l’usagé ! Fin de l’aparté) plus sûrement qu’une passoire

Car il me faut hélas ici vous révéler

A vous tous qui peut-être êtes émerveillés

Devant ce faux symbole de la modernité

Ce transport en commun qu’on vous a trop vanté

Le métro est un monde étrange et parallèle

Evitez donc le risque de vous y brûler les ailes !

Je vous vois réagir, pensant que j’exagère

Que je pourrais avoir des formules plus légères

Vous naïfs béotiens qui empruntez rarement

Ces wagons dont on sent continuellement

Le roulis, les secousses et autres tremblements

Faisant que le trajet ne passe pas calmement

Parce que les voyageurs qui n’ont d’autre secours

Que ce seul moyen-là sans nul autre recours

Même en reconnaissant sa grande praticité

Ne sauraient s’y sentir vraiment en liberté

Surtout aux heures de pointe où tous bien entassés

Ils voient chaque station très lentement passer

C’est souvent là qu’éclate une dispute enragée

Sur un malentendu entre deux passagers

Le ton monte, pas moyen de s’écarter de la scène

Avant que l’un des deux un coup à l’autre n’assène

Et les co-voyageurs presque au bout du rouleau

N’ont alors qu’une hâte : être enfin au boulot.

Mais d’autres personnages dont ils ont l’habitude

Vont venir renforcer leur grande lassitude

D’abord le musicien qui écorche les oreilles

Puis le marionnettiste qui point ne les réveille

Arrivent un malotru qui écrase tous les pieds

Et un pauvre paumé qui suscite la pitié

Le tout est saupoudré d’odeurs pestilentielles

Qui dans certaines stations se sont fait la part belle.

L’heure de la délivrance finit par arriver

L’usager a les yeux vers la sortie rivés

Car il lui faut encore franchir cette mêlée

Pour pouvoir de nouveau sourire et rigoler

Ces épreuves passées, le nez enfin dehors

Il chérit le grand air comme un beau lingot d’or !

Publicités

2 Réponses to “Le difficile parcours de l’usager du métro”

  1. JCM (@jchmfly) 14 mars 2013 à 13:53 #

    en alexandrin, s’il vous plait! et avec de jolies rimes riches, féminines, parfois léonines.
    Bravo!

    mais je te trouve difficile avec ce bon vieux RATP. J’ai trouvé qq qui comme moi apprécie le métro (une fois de temps en temps 🙂 désolé d’accoler cette publication à ton texte. mais je n’ai pas pu m’empêcher.)
    http://www.voici.fr/news-people/actu-people/photos-geri-halliwell-prend-le-metro-pour-la-1ere-fois-depuis-17-ans-et-elle-adore-486409

    • plumechocolat 14 mars 2013 à 15:17 #

      J’aurais pu être plus sévère pourtant, on voit qu’en effet, tu n’y mets les pieds qu’une fois de temps en temps. Allez, un petit bonus en cadeau : Je constate, te lisant, que tu jouis de la chance / De ne pas t’y trouver aux heures d’affluence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :