Je n’ai pas peur de le dire : j’aime la ville

28 Mar

Paris-Ville

Tandis qu’il est d’usage de vanter la beauté
Des montagnes enneigées et de la mer l’été
Je voudrais, pour ma part, donner un peu de voix
Aux boulevards, aux avenues, aux rues et autres voies
Aux pavés et trottoirs qui ornent nos cités
Et me plongent, les foulant, dans la félicité.
Car oui, j’ose le dire, je suis un rat des villes
L’espace urbain et moi vivons une belle idylle ;
J’aime aller découvrir, partant à l’aventure
Les merveilles cachées de son architecture
Et allant plus avant par esprit de bravade
Tomber en pâmoison devant une belle façade.
Poursuivant ma visite, je m’en vais m’initier
A ce qui fait le charme de ses divers quartiers
J’aime observer ces coins où l’art de vivre bohème
Se dévoile à mes yeux tel un joli poème
Me fondre dans la masse dans les quartiers d’affaires
Qui aux heures de pointe sont de vraies fourmilières
Puis profiter du calme des parcs et des jardins
Où j’observe les couples et leurs sourires badins
Je n’oublie pas de passer par le centre historique
Pour voir les monuments et vestiges magnifiques
Que la municipalité s’attache à préserver
Pour permettre aux voisins et promeneurs de rêver
De l’époque où ces lieux abritaient en leur sein
Les monarques qui au peuple imposaient leurs desseins.
Mais cessons ce détour sur les traces du passé
Après cette longue marche qui a duré assez
Je ressens le besoin d’une agréable pause
D’un instant suspendu pour voir la vie en rose.
Me voilà hésitant entre aller déguster
Un délicieux gâteau dans un salon de thé
Ou bien pour me détendre m’offrir un bon massage :
Je prends les deux options à la suite, c’est plus sage.
Mais point ne me faudrait trop longuement flâner
Pour jouer les lézards je ne semble pas née
C’est ce que j’apprécie tant dans la vie citadine
Je cours d’un lieu à l’autre, je bouge, je butine,
Une soirée entre amis, une nocturne au musée,
Un resto, un ciné, j’aime bien m’amuser
Profiter tant que possible de l’offre culturelle
Et surtout du théâtre qui s’est fait la part belle
Dans mon emploi du temps de femme hyperactive :
Le jeu des comédiens rend mes émotions vives
Me fait tout oublier sauf ce qui se trame sur scène,
Et clôture ma journée d’une façon fort saine
Avant de replonger quelques heures plus tard
Dans ce penchant que j’ai, et que j’exprime sans fard
Pour toutes les richesses de l’agglomération
Auxquelles je redis toute mon affection.

Publicités

Une Réponse to “Je n’ai pas peur de le dire : j’aime la ville”

  1. psychomademoiselle 31 mars 2013 à 17:37 #

    Magnifique ! Je te comprends. Je ne quitterai jamais Paris..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :