A Monsieur le Trésor Public

23 Avr

peanuts impôts

Cher Trésor Public,

Je viens de recevoir ta traditionnelle lettre de printemps. Je tenais donc en début de ce courrier que je t’adresse te remercier pour ta sollicitude. Il y a peu de gens qui comme toi prennent la peine de m’écrire cinq fois par an une lettre personnalisée, de 4 pages en plus à chaque fois, et ce avec une régularité de métronome : février (premier tiers), mai (deuxième tiers), juin (déclaration), septembre (troisième tiers) et novembre (taxe d’habitation). Je dois dire que je suis sensible à toute cette attention dont tu fais preuve à mon égard.

Cela étant, pour être très honnête, et même si chacun de mes amis m’est précieux et que je suis d’accord pour dire que l’amitié n’a pas de prix, ton amitié m’est très chère au sens premier du terme. Il m’arrive en effet de recevoir parfois des lettres non timbrées, mais je n’ai pas souvenir que le montant que je règle à La Poste s’approche même de très loin de celui que je dois régler lorsque tu te tournes vers moi.

Je précise que je suis plutôt généreuse de nature, mais que là, je me trouve un tant soit peu embêtée, en particulier au mois de septembre, lorsque, revenant tout juste de vacances, tu me parles de solde, et que tu m’indiques un chiffre qui ne me semble pas très bradé. Je ne veux pas faire preuve de mesquinerie, mais tout de même, sur l’ensemble de l’année, entre ce que tu prélèves sur mon salaire brut et tous les autres frais que tu me contrains à engager pour que tu continues à bien te nourrir, je trouve qu’il y a un petit déséquilibre dans notre relation entre ce que je donne et ce que je reçois. Je voudrais aussi ajouter que je ne comprends pas très bien pourquoi je dois payer une redevance, alors que je n’ai pas de radio (de mémoire, 25% du montant sert à financer ce média), et que je pense que ma consommation cumulée de programmes diffusés sur les chaînes de France Télévisions ne doit guère dépasser 15 heures par an. Enfin, j’ai de sérieux doutes sur ta capacité à faire fructifier l’argent que je te verse, étant donné l’ampleur de la dette publique.

Aussi je voudrais te faire une proposition, qui est de continuer à gérer moi-même l’argent que je gagne, parce que personnellement je n’ai jamais été dans le rouge, ce qui fait que ma méthode me semble plus fiable que la tienne. C’est vrai que mon livret A ne me rend pas millionnaire, mais enfin, il ne me fait pas non plus plonger dans les mêmes affres que les anciens clients de Madoff.

J’en profite aussi pour éprouver ton sens de l’amitié à mon égard. Il me semble que jusque-là, j’ai vraiment été sympa avec toi, acceptant sans broncher toutes tes demandes. Mais comme je le disais plus haut, l’amitié ne peut pas perdurer sans un minimum de réciprocité. Aussi je joins à mon courrier un TIP, il me semble que tu sais bien comment cela fonctionne, je te prie de me le renvoyer signé pour paiement à 45 jours fin de mois, faute de quoi je risque fort de me fâcher et de croire que tu ne considères pas le lien qui nous unit à sa juste valeur.

Bien à toi,

La contribuable numéro 6 578 949

7 Réponses vers “A Monsieur le Trésor Public”

  1. Johng42 11 juin 2014 à 02:38 #

    I was very pleased to discover this website. I wanted to thank you for your time for this fantastic read!! ebeedceeadfc

  2. Camille G 25 avril 2013 à 07:18 #

    ils nous font chier ! Viens on va en Russie !

    • plumechocolat 25 avril 2013 à 15:51 #

      En Russie, je ne suis pas sûre que les gens sont beaucoup mieux lotis…

  3. doro 23 avril 2013 à 12:39 #

    J’ai moi aussi reçu un courrier de notre ami commun… Ai-je vraiment choisi cet ami, non je ne crois pas!! Il me retrouvera toujours…

    • plumechocolat 23 avril 2013 à 13:33 #

      Il y a des amis qu’on ne choisit pas, mais il faut composer avec, et essayer de révéler leurs bons côtés. Je te tiens au courant pour le retour de mon TIP (j’ai cependant peu d’espoir…)

  4. blogdemissbavarde 23 avril 2013 à 05:59 #

    Je suis pas pressée de recevoir les courriers moi car entre le revenu, le foncier et l’habitation je sens que je vais pas aime 🙂 j’aimerais rompre mais je peux pas loool

    • plumechocolat 23 avril 2013 à 13:35 #

      C’est quand même le seul cas d’alliance non contractuelle et irrévocable. Tu peux toujours tenter la procédure de divorce, mais je doute qu’un magistrat ne te l’accorde.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :