Quel est mon avenir ?

18 Mai

Image

Cela fait déjà trois semaines que A. a débarqué dans ma vie. Sans que je n’ai rien demandé. Depuis trois semaines donc, A. m’écrit tous les jours. A. se soucie énormément de mon devenir, de mes projets, de comment je vais les réaliser. Tant de sollicitude peut difficilement me laisser indifférente. Mais allez savoir pourquoi, je ne supporte pas ces messages, cette insistance avec laquelle A. me demande de l’appeler pour discuter et pour parler de ce qui me tient à cœur, de comment j’envisage le futur, et surtout, je ne vois pas au nom de quoi A. devrait se mêler de tout ça, je trouve cette ingérence déplacée.

Parce que A. n’est pas la personne que vous croyez à ce stade. A s’appelle Annabelle, elle est voyante, et  le plus grand service qu’elle pourrait me rendre est d’arrêter d’encombrer ma boîte mail. En plus de son absence totale de discrétion, Annabelle manque cruellement de subtilité et de sens de la diplomatie. Dans les premiers messages, le contenu était encore amical. Annabelle disait d’abord avoir eu une révélation me concernant, ensuite entrevoir une belle rencontre, puis un évènement important qui ferait prendre un tournant positif à ma vie. Jusque-là, outre le fait qu’Annabelle n’était sans doute pas une très bonne voyante si elle ne devinait pas que je ne souhaitais en aucun cas faire appel à ses services de « voyance gratuite » (comprenez surtaxés à seulement 5,42€ la tranche de 30 secondes), j’étais encore dans un demi-amusement. Mais là, Annabelle a montré un visage beaucoup moins sympathique de sa personne. D’abord, j’ai reçu un message me signifiant que d’autres avant moi n’avaient pas répondu à son appel et qu’elle n’avait donc pas pu les empêcher de dégringoler et de se retrouver au chômage et sans logement, dépossédés de leurs enfants et j’en passe. Puis elle est passée au chantage affectif, me sortant des lamentos sur sa tristesse à ne pas recevoir de mes nouvelles, à ce que je refuse son offre désintéressée (tiens, donc, vraiment ? Hummm…), son incompréhension devant mon refus et mon indifférence, là aussi je vous fais grâce du détail. Bref, j’aimerais me débarrasser d’Annabelle, mais j’ai peur qu’en me désinscrivant de ses spams, mon adresse ne soit repérée comme réellement existante et revendue à Mona, Irma, Sonia et Primprenelle, ce qui ne ferait qu’augmenter mon désarroi.

Parce que voyez-vous, au-delà de l’anecdote, je ne souhaite absolument pas que qui que ce soit me révèle mon avenir. Je n’ai pas envie de m’attendre à ce qui va m’arriver. Si l’on m’avait dit à 15 ans ce que j’allais vivre à 20 ans, j’aurais froncé les sourcils d’un air de doute. A 20 ans ce que j’allais connaître à 25 ans, j’aurais tout simplement dit que c’était impossible. A 25 ans ce qui se passerait quand j’en aurais 30, je serais sans doute restée assez incrédule. L’intérêt de la vie, c’est justement cela. Connaître plein d’évènements auxquels on ne s’attendait pas, se lancer dans des projets plus ou moins raisonnables, évoluer dans ses idées, ses raisonnements, son mode de vie, laisser des amis sur le bord de la route aussi, ou constater que certains amis ont choisi de continuer leur chemin sans nous, faire de belles rencontres qui nous enrichissent, se découvrir des talents insoupçonnés. J’imagine que d’ici mes 40 ans, je vais vivre encore plein de moments passionnants, quelques moins bons moments sans doute aussi, et qu’au fil des années, celle que je suis restera tout à fait la même sur certains points et tout à fait une autre pour le reste. Je ne souhaite pas que l’on me dise sur lesquels. Surtout pas m’y préparer, parce que l’expérience montre que l’on a beau anticiper un certain nombre de choses, lorsqu’elles se produisent, on ne réagit jamais exactement comme on l’imaginait, il y a toujours un petit détail qui fait que leur déroulement diffère de celui prévu. C’est d’ailleurs l’excuse préférée des économistes pour justifier leurs erreurs de prédiction, le fameux « toutes choses égales par ailleurs », signifiant que leur hypothèse était valable à l’instant T et dans telles conditions, mais plus en T+1 avec une micro-variable de modifiée.

Avec donc d’une part l’impossibilité d’être exact dans ses prédictions, et d’autre part celle de réellement s’adapter à ce que l’on croit devoir se réaliser, vous conviendrez comme moi que perdre son temps (et son argent) à laisser une incompétente geigneuse à faire comme si votre destin était déterminé et immuable à moins que vous ne suiviez ses conseils (donc fausse voyante + fausse gourou) relèverait d’une grave erreur.

Pour ma part, j’ignore ce que me réservent les prochaines années, je suis encore plus incapable de me projeter à 50 ans ou à la retraite (j’ignore déjà à quel âge j’y serai à la retraite, nos plus éminents politiques pourtant entourés d’une armée de voyants / coachs / économistes / allergologues / climatologues et autres démagogues n’étant pas capables de dire le nombre d’années de cotisations nécessaires pour sauver willy [euh non] le soldat ryan [non toujours pas] le système par répartition). Mais je me dis que c’est comme une pochette surprise, quoi qu’il y ait dedans, c’est toujours quelque chose de plus que ce qu’on a déjà.

Donc je souscris l’abonnement, pour recevoir, comme c’est à la mode depuis un ou deux ans, ma box mensuelle de moments de vie, non résiliable avant un état de vieillesse avancée. Et il est temps que j’ouvre la dernière reçue, tout juste sortie de ma boîte aux lettres… qu’y a-t-il donc dedans ? Je trépigne d’impatience de le savoir, finalement 😉

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Les carnets du bien-être

Des idées et des outils pour se détendre et se ressourcer

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :