Stars d’un jour

26 Mai

Chers amis lecteurs, permettez-moi de vous interpeller sur un sujet grave. Je pourrais vous parler de tout ce qui va mal dans le monde, crises, catastrophes, conflits et autres, et il est possible que je le fasse un autre jour, mais ce n’est pas le sujet du jour. Je vis depuis plusieurs années un drame qui petit à petit me dévaste en effet, et gâche mes trajets de train et mes visites chez le coiffeur : je ne comprends plus rien quand je lis les magazines people.

Pendant de nombreuses années, j’ai pris pour coutume de me réfugier dans la futilité la plus extrême en me délectant des histoires que j’y lisais sur le régime alimentaire du cochon de Georges Clooney, les histoires de Claudia Schiffer, la dernière conquête d’Ayrton Senna, les amours de Claire Chazal, les frasques de notre Patriiiiick national, et les galas prestigieux où l’on pouvait voir apparaître Sean Connery et les têtes couronnées.

Désormais, je suis privée de ce plaisir. Non point du fait de la faillite de ces titres, qui se sont plutôt multipliés, mais parce que je ne sais pas qui sont les gens dedans. Lorsqu’il m’arrive de feuilleter un de ces journaux, je tourne les pages, à l’affût d’un ragot croustillant, et, petit à petit, j’en viens à seulement essayer de repérer un nom connu, un seul, parmi les photos floues de visages non maquillés, dont on se demande qui elles peuvent passionner. Et de plus en plus fréquemment, j’en viens à comprendre de quoi il est question seulement dans les pages beauté de la fin lorsque sont cités les noms des marques de cosmétiques qui sponsorisent le numéro.

Je dois donc hélas faire le constat amer que nous n’avons plus de stars. Nous avons des aspirants stars en masse, qui servent à remplir des espaces vides avec des articles creux sur leur dernière grippe. Des gens venus de nulle part qui participent à des émissions de télé-réalité leur donnant accès à une gloire éphémère, qui leur vaudra sans doute la risée de leur employeur dans dix ans ou d’une personne de leur entourage qui sera tombée par hasard sur une vieille vidéo YouTube de leur audition au casting d’une émission musicale avec « Star » dans le titre, ou pire, d’un jeu racoleur où l’on regarde de jeunes inconnus s’ennuyer et essayer de se séduire pour briser la monotonie de ce même ennui. Ce sont ceux-là, les modèles que l’on nous montre désormais, des gens dont le but est d’être célèbres sans efforts, ou qui sont suffisamment désespérés de leur solitude pour aller afficher aux yeux de tous leur quête d’une âme-sœur qu’ils ne trouveront pas parce que ni eux ni les volontaires pour le poste ne sont prêts à aimer.

Et de ce fait, me voilà privée du plaisir de savoir ce qui se passe à Hollywood. Me voilà également privée de personnalités françaises à admirer. Parce que j’ai beau plaider pour le respect de la vie privée, je suis bassement humaine, et j’adore les ragots. J’adore aussi savoir qui participe à quel évènement, rêver devant les magnifiques robes joliment portées sur la croisette, rentrer dans ce monde de paillettes et de rock’n’roll. Avoir l’impression de partager un thé avec Jodie Foster en voyant son salon (qui si ça se trouve n’est pas le sien) décoré avec goût. Me réjouir du mariage d’un comédien réputé. Me désoler de la séparation de tel écrivain. Enfin, suivre la vie de personnes qui ont vraiment fait quelque chose de leur vie. Qui sont et restent en tête d’affiche parce qu’elles ont du talent et qu’elles travaillent pour le faire fructifier. Des gens dont on a envie de connaître l’intimité avant tout parce qu’on  admire leur jeu d’acteur, leurs écrits, leur inventivité, leur musique.

Bref, des stars, des vraies, qui ont ce petit quelque chose en plus que l’on aimerait tous pouvoir révéler nous-mêmes, qui sont un peu hors normes, par leur parcours, par leur style, par ce qu’elles donnent à leur public. Et des hommes ou des femmes qui ont ce potentiel, il en existe. Mais on ne les met plus en avant ? La peur du procès en cas de diffusion ? Une vie trop rangée pour être jugée intéressante par les tabloïds ? Et si justement, ça l’était ? Voir que ces astres brillants sont capables de garder les pieds sur terre ? Ou pour d’autres voir et oser dire qu’en dehors de leurs instants de gloire, elles changent de partenaire plus souvent que de chaussettes ou qu’elles parlent mal aux serveurs ? Mais non, on vient nous opposer toute une pluie d’arguments du type : elles n’ont jamais demandé à être dans la lumière (ce qui est quand même vraie pour certaines, mais peu crédible pour les stars qui écument les plateaux de télévisions et sorties mondaines et hurlent au scandale quand on les prend ensuite en photo à la dérobée), ou ce sera mauvais pour les ventes si on écorne leur image, ou il ne faut pas montrer les gens fidèles ça ne fait pas rêver (ah bon ??), ou elle n’est plus à la mode (ce n’est pas le propre d’une star, de traverser les modes ?).

Au lieu de cela, on nous sert, pour 1,50 euros, des propos sans intérêt sur des gens qui ont des sujets de préoccupation aussi importants que le shampooing ou qui lisent « tim » à la place de « thym ». Et sur la plage ou chez le coiffeur, moi qui rêve d’un moment de superficialité, j’en viens à trouver plus distrayant de suivre l’actualité économique du moment. Que l’on ne vienne pas se plaindre ensuite si je remets les VRAIS drames sur le tapis….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :