Cinq de Cœur – Métronome

26 Juin

Image

Cela faisait déjà quelque temps que j’avais repéré les Cinq de Cœur. Seulement, le manque de temps, d’autres spectacles à voir, des horaires peu pratiques, je n’avais jamais eu l’occasion d’aller les voir. Et pourtant cela m’intriguait. En allant sur leur site, je viens d’ailleurs de m’apercevoir qu’ils donnent de la voix depuis maintenant dix ans. Alors que l’humour musical est peu à peu devenu à la mode, on peut dire qu’ils figurent parmi les précurseurs de ce nouveau type de shows, plus moderne que les comédies musicales pures, avec également un vrai travail sur le jeu d’acteurs.

Donc, nous avons comme ingrédients cinq chanteurs a capella, ayant fait leurs classes au sein d’Accentus, désirant mettre de la bonne humeur en faisant des gammes. Plutôt un bon départ. Et on les voit là, plantés sur le quai du métro en pleine nuit, leur moyen de transport étant – ô surprise – en panne / défaillant / inexistant, on ne saura jamais le fin mot de l’histoire, mais de fait, les issues étant fermées, ils vont passer beaucoup de temps sur le quai et dans les couloirs, à tenter de trouver une échappatoire. Et cette déambulation va être l’occasion pour ces cinq personnages de s’exprimer façon lyrique ou variété, dans un répertoire allant des airs pour la douche à l’opéra. Nous avons donc : un intermittent du spectacle se rêvant en star et touchant à peine ses cachets, une workaholic en mal de mec, un brave type (en mal de femme), une fliquette, et une dépressive venue se jeter sous le métro (qui n’en est pourtant pas à sa première défaillance, ndlr).

Et ils se croisent, se confrontent, se perdent gaiement, réinterprétant certains tubes avec des paroles adaptées à l’occasion. Tout en légèreté, c’est gai et frais, comme le printemps que nous n’avons pas eu, avec deux jolies séquences nostalgie dédiées à Pacman et au Muppet Show. Pas de gros suspense, le coup du métro ne sert qu’à donner un fil rouge, mais c’est bien construit, les voix sont fluides, la seule chose que l’on peut regretter est l’articulation qui parfois est insuffisante pour bien comprendre les paroles humoristiques remplaçant celles des chansons d’origine. Le tout donne un ensemble de très bonne facture, ponctué de sourire et de quelques esclaffements.

Un sympathique divertissement au milieu de toutes ces soirées de pluie et de grisaille. Et bonne nouvelle, ils ne fuient pas comme tous les autres à Avignon, vous pouvez donc en profiter tout le mois de juillet si les terrasses ne deviennent pas plus accueillantes !

Plus d’infos :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :