La vie de Galilée

5 Sep

Image

A voir l’affiche, la vie de Galilée selon Bertolt Brecht, j’aurais aisément pu prendre peur. Certes, c’est la rentrée théâtrale et donc l’occasion de se frotter à des pièces un peu ambitieuses, mais tout de même. Seulement, pour avoir déjà fréquenté un peu le Lucernaire, je savais déjà qu’ils n’y programment pas de spectacles de 4 heures (la durée de la pièce de Brecht dans son intégralité). Et qu’ils programment des pièces sérieuses, mais veillent à ce qu’elles restent accessibles à tous les publics.

Me voici donc installée sur un des bancs, confortablement, à attendre d’en apprendre un  peu sur la vie de ce grand savant dont je sais très peu de choses. Et au lieu d’une biographie scientifique, débarque la compagnie du grand soir, telle une bourrasque de fraîcheur et de bonne humeur dans cette petite salle intime. Un guitariste, 4 comédiens et une comédienne qui viennent dépoussiérer la vie des planètes et les théories du célèbre savant incarné par l’excellent Régis Vlachos. Des répliques qui fusent, de la chanson, des accords de guitare, une galerie de personnages hauts en couleurs qui tournent chacun plus ou moins longtemps autour de l’illustre observateur de la vie des étoiles et des planètes.

Et grâce à tout  cela du rire, é normément de rire même, devant tous ces petits rôles de composition. Christophe Luthringer, le metteur en scène, a vraiment su emmener ses comédiens dans un univers à part, avec un travail du corps impressionnant, presque chorégraphique par endroits, qui fonctionne à merveille. On se laisse entraîner avec une joie non dissimulée dans les tentatives de démonstration inabouties, les réflexions, les découvertes, qui seront à l’origine de la grandeur de Galilée, qui conduiront également à sa perte.

Une pièce extraordinaire, joviale, dont on ne peut ressortir qu’en allant mieux. Bref, qui devrait être remboursée par la Sécurité sociale. Incontestablement l’un de mes coups de cœur de l’année.

Plus d’infos :

Publicités

2 Réponses to “La vie de Galilée”

  1. Venise 6 septembre 2013 à 05:29 #

    Je partage ton avis pour avoir vu cette pièce l’hiver dernier mais tu l’écris si joliment

    • plumechocolat 6 septembre 2013 à 11:21 #

      Cool ! Encore un goût commun, décidément on voudrait faire exprès qu’on n’y arriverait pas aussi bien 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :