Le silence est tout juste en plaqué or

21 Sep

Depuis des années, vous entendez sans doute, peut-être même la prononcez-vous vous-même, cette célèbre phrase qui dit que « la parole est d’argent, le silence est d’or ». Personnellement, je n’aime pas du tout, mais alors vraiment pas cette phrase. Et pour commencer, je commence par m’insurger contre cette odieuse discrimination dont l’argent souffre depuis des décennies, voire depuis des siècles, en raison de cette fameuse expression, qui le rabaisse à un rang inférieur. Or, qu’on le veuille ou non, il faut quand même reconnaître que l’argent dirige quand même un petit peu, voire même beaucoup le monde d’aujourd’hui. Et que tous ceux qui le considèrent avec mépris lorsqu’ils prononcent cette phrase seraient emmerdés et faits comme des rats légèrement ennuyés si à la fin du mois, ils ne recevaient pas l’argent qui leur est dû en contrepartie de leur travail. Et que l’on retire à ces dames et demoiselles tous leurs bijoux en argent pour les remplacer par de l’inox et du plastique argenté et elles risquent de devenir hystériques et de vous envoyer un bloc d’inox à la figure de se montrer un tant soit peu contrariées.

Si maintenant, on analyse vraiment cette phrase, ça dit en substance que la valeur du silence est de loin supérieure à celle de la parole. A l’heure où je vous écris, le gramme d’argent est en effet évalué à 0,52€ par gramme et celui de l’or à 31,51€ pour la même quantité, ce qui nous fait approximativement un rapport de 1 à 60. Si vous réfléchissez bien, vous ne pouvez quand même pas sérieusement estimer que le vide sonore vaut 60 fois plus que les mots prononcés. Imaginez un peu votre prochaine conversation téléphonique : vous composez le numéro, tout content d’appeler un  ami / votre amoureux(se) / votre cousine ou toute autre personne que vous pouvez être heureux d’appeler, ça décroche, et rien. Pas un mot. Pas de « allo ». Pas de « je suis ravi de t’entendre », ni de « et toi, tu vas bien ? » (vous aviez pourtant une super nouvelle à annoncer). Vous attendez, vous rappelez, toujours rien. Vous envoyez frénétiquement un texto pour dire « je ne sais pas ce qui se passe, je ne t’entends pas », et là, pour ne pas vous laisser dans le doute indéfiniment, votre interlocuteur vous répond lui aussi par texto « aucun souci technique, c’est juste que je ne dis rien parce que le silence est d’or ». Franchement, vous le prendriez bien, vous ? Vous ne vous sentiriez pas coupé dans votre élan et victime d’une mauvaise farce ? Et si le matin, plus personne ne vous disait bonjour parce que tout de même, c’est 60 fois plus rentable de ne pas le faire ? Sans compter la catastrophe intergalactique qui se produira inévitablement si plus aucune parole n’est dite ou écrite ne serait-ce que pendant une demi-journée. Moralité : cette expression ne vaut rien, elle est à jeter à la poubelle.

Et cette nécessité de s’en débarrasser n’est pas liée qu’à la question de la valeur de l’argent. Elle tient aussi à la nature du silence. Si l’on se montre un peu moins joueur et que l’on resitue un peu les choses dans leur contexte, l’idée sous-jacente est que, dans certains cas, il vaut mieux se taire plutôt que de risquer une parole que l’on pourrait regretter. Ce qui n’apparaît pas ici, c’est que se taire peut être dangereux. En me penchant sur la question, j’ai pu relever différentes propriétés possibles du silence qui sont loin d’en faire une chose précieuse. Le silence peut ainsi être :

  • Glaçant : vous vous baladez le soir, seul ou à plusieurs, dans un lieu bénéficiant d’une certaine fréquentation, et d’un coup, plus personne autour de vous. Vous tendez l’oreille, vous appelez, rien du tout. D’un coup, vous vous repassez mentalement les films d’horreur que vous regardiez à 13 ans, cramponné(e) à la couette. Ne venez pas me dire que vous aimez ce silence-là.
  • Frustrant : vous ressentez une forte attirance pour une personne récemment rencontrée, ou vous êtes en couple depuis vingt ans et la flamme brûle soudainement plus que d’habitude, bref vous roucoulez et envoyez des e-mails et mms mièvres au sujet de votre affection. Et vous attendez la réponse. Parfois longtemps. Ne venez pas me dire que vous n’êtes pas au supplice face à ce silence temporaire.
  • Enervant : vous montez un projet de vacances ou vous voulez faire avancer un dossier, vous avez à un moment besoin de la réponse d’une ou plusieurs autres personnes pour prendre les décisions qui s’imposent, et là, rien, malgré vos relances. Ou alors un « je dois réfléchir » suivi d’un temps interminable (votre escargot domestique a eu le temps de faire un Marseille-Dunkerque et l’autre fait toujours le mort). Ne venez pas me dire que vous n’avez pas envie de secouer le ou les individus comme des pruniers au moment où les fruits sont mûrs.
  • De plomb : l’ambiance est tendue avec un parent / un ami / un collègue (oui je suis flemmarde, je n’ai pas rajouté les (e) entre parenthèses, ceci n’est pas une tentative de lobbying féministe et de mise en cause des seules mâles dans l’émergence de conflits entre adultes). L’une des deux parties a dit ou fait quelque chose qui a blessé l’autre partie. Laquelle attend légitimement un geste, une excuse, une parole qui viendrait apaiser ce conflit. Seulement, l’autre, muré dans sa fierté ou sa conviction d’avoir raison (ce qui, sur le fond est possible, mais rarement sur la forme), ne réagit pas. Résultat : plus aucun échange, des saluts à peine courtois lorsqu’ils se croisent, si on plaçait un bidon d’essence à proximité, on obtiendrait vite un incendie de forêt digne de ceux vus fréquemment dans le sud en été. Ne venez pas me dire que vous ne croisez pas les doigts de toutes vos forces pour que quelqu’un parle et crève l’abcès.

Je pourrais sans doute continuer avec d’autres exemples, les quelques-uns que j’ai choisis illustrent bien que la dorure n’est même pas apparente dans bien des cas. Tandis que la parole fait avancer les gens et la vie bien plus efficacement.

Abolissons donc définitivement cette idée reçue ! Et une fois cela fait, satisfaits de l’exploit accompli, partageons ensemble un moment de qualité où chacun est à sa joie et à son émotion, et où cela se lit dans son seul regard. Comme si « les paroles les plus précieuses permettaient des moments de silence dépassant toute valeur par leur intensité ».  (bruits de pas feutrés d’une blogueuse laissant ses lecteurs à leurs rêveries).

Publicités

4 Réponses to “Le silence est tout juste en plaqué or”

  1. Plume Electrique 22 septembre 2013 à 13:38 #

    Pour moi, il s’agit plutôt de la communication silencieuse.
    La parole est limitée par le vocabulaire et, pour revenir à de la philo de terminale, la communication est nécessairement imparfaite.
    Par contre, même si les idées ne sont pas cardées, la communication silencieuse, qui tend vers l’émotionnel pur permettra beaucoup finement à celui qui sait écouter d’accéder au ressenti de son interlocuteur.
    Bien souvent, un regard en dit plus long qu’une cascade de palabres.

    • plumechocolat 22 septembre 2013 à 21:01 #

      C’est un peu le sens de ma dernière phrase. Dire qu’il y a de beaux silences, dont on ne saurait se passer. Tout comme il y a des paroles qui vous marquent à jamais. Il est bon de vivre des instants inoubliables, parfois avec et parfois sans les mots.

  2. venise 22 septembre 2013 à 10:49 #

    C’est exactement mon ressenti face au silence . Tu n’as juste pas évoqué le silence qu’on recherche parfois, en tant que synonyme du calme, le silence dans la solitude, pour mieux entrer en soi même, pour mieux se recentrer, penser.

    • plumechocolat 22 septembre 2013 à 20:59 #

      C’est vrai, je n’en ai pas parlé, je me suis concentrée sur la parole et le silence dans l’interaction. les moments où l’on s’isole pour mieux réfléchir font aussi partie de ces silences qui ont de l’importance et de la valeur. Ils permettent d’ailleurs de s’écouter penser pour mieux se parler à soir-même 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :