Duras La Vie qui va

2 Nov

Image

Après Francis Scott Fitzgerald, le théâtre m’a emmenée ce mois-ci dans l’univers d’un autre écrivain dont j’ignorais tout sauf le nom et la renommée, celui de Marguerite Duras. Il me faut donc avouer ici que je suis une lectrice rebelle ne s’intéressant que très peu aux auteurs qu’il « faut avoir lu ». Pas suffisamment rebelle toutefois pour les snober à tout prix. D’où mon intérêt pour cette pièce permettant de découvrir en accéléré l’univers de cette célèbre grande dame. Pour les connaisseurs, cette création comporte des textes provenant de La Vie matérielle, Les eaux et forêts, Le Shaga, Outside, Le monde extérieur, Écrire et Les yeux verts.

Dans le décor très simple de ce tout petit mais confortable théâtre de poche, nous découvrons donc deux personnages se rencontrant et devisant dans un jardin public : Marguerite donc (ou son avatar) avec son petit chien Zigou et un homme avec un bidon d’essence troué dont la voiture serait immobilisée depuis deux ans faute de carburant. Et le dialogue se noue entre ces deux personnages un peu marginaux. Sur les désagréments du quotidien, sur feu le mari de madame, qui se serait « noyé » dans le canal de la Marne au Rhin, sur la mort aussi, sur l’amour, sur la solitude, sur ce que l’on transmet et tant d’autres choses.

Il y a beaucoup de fraîcheur dans cette plongée-découverte au cœur de ces textes. On découvre à la fois l’absurde et le comique de la plume de Duras, son caractère un peu désillusionné mais mordant, cet humour si pertinent et en même temps ce vrai sentiment de solitude. Et la complicité de cet homme et de cette femme que rien ne prédestinait à se parler dans ce parc fonctionne bien. Seul regret, le spectacle est vraiment court (50 minutes) et l’on reste un peu sur sa faim. Sans doute pour inciter le public à faire un tour dans la librairie qui se trouve juste devant le théâtre….

Plus d’infos :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :