Des Accordés

15 Jan

visuel_des_accordes

 

Même si nous avons changé d’année et que je peine à remplacer le 3 par un 4, je tenais tout de même à faire un petit flashback pour vous amener au mois de décembre 2013 et à la dernière pièce vue lors de l’année qui vient d’expirer. Dans un élément de romantisme post-traumatique lié à une surconsommation de graisse animale et de desserts à base de beaucoup de sucre et de chocolats, mon choix s’est porté pour « la dernière de l’année » sur « Des Accordés », une histoire d’amour entre une SDF et un paumé. Du romantisme oui, mais évitons le trop mielleux, je m’étais fait le serment (tenu) de ne pas ressortir Love Actually pendant les fêtes. Le tout au théâtre Le Bout, dont le nom, lorsque l’on sait qu’il se trouve à Pigalle, n’évoque que de très loin la poésie des premiers rendez-vous aux chandelles.

Le pitch est relativement simple : une jeune femme SDF chante avec sa guitare dans le métro, un homme paumé qui enchaîne les petits boulots la voit tous les jours et conçoit une certaine attirance pour la demoiselle. Il tente donc sa chance, se prend un râteau, retente sa chance, se reprend un râteau, réessaie encore une fois, nouveau râteau etc., et un jour il se dit qu’il pourrait devenir jardinier, quitte Paris et laisse l’autre en plan elle finit  par accepter qu’il lui offre le repas. Ils se retrouvent donc chez lui autour d’un plat de spaghettis. Là, je me permets un aparté : en effet, le texte, écrit par Lilian Lloyd, est d’une manière générale plutôt agréable et fluide et analyse bien les blessures et les résistances que ces deux êtres, mais aussi tous les autres, ressentent en amour. En revanche, le coup de la fille qui rembarre dix fois le mec parce qu’elle le trouve étrange pour monter direct dans son appartement sur la promesse de 150g de pâtes, même en l’avertissant qu’elle a un couteau sur elle, c’est difficile à gober, en tout cas plus que les spaghettis. Fin de l’aparté. La jeune femme ayant pas mal bourlingué après avoir quitté trop tôt un domicile familial où les coups et l’alcool pleuvaient en abondance se laisse peu à peu toucher par ce gentil garçon un peu barré mais bienveillant. Son bouclier se fissure et elle se laisse toucher. Elle se laisse même aimer.

Jusqu’au moment où elle se sent étouffer dans la petite chambre exigüe du jeune homme. Et où il ne parvient pas à la retenir. Malgré son optimisme, sa soif d’aimer, sa candeur touchante. Lui aussi doit se défaire de quelques valises qui l’encombrent et apprendre à lui faire de la place. Et le chemin pour cela sera plus difficile que les accords de guitare de sa princesse sans palais.

L’ensemble est touchant et fonctionne bien. Déborah Esther et Anthony Salméro, les deux comédiens, ont su nouer une complicité qui permet de bien ressentir les émotions de ce couple atypique. Le tout a la simplicité et l’authenticité que l’on trouve régulièrement dans ces micro-salles qui font le charme de la capitale. Un joli moment que fait ressortir la musique qui égrène l’histoire de cette relation entre deux cabossés qui veulent croire aux contes de fées tout en se sachant loin des caractères du prince et de la princesse.

Plus d’infos :

  • Des accordés, jusqu’au 26 juin 2014, le jeudi à 21h45 et les dimanches 19 et 26 janvier à 20h15
  • Théâtre Le Bout, 6 rue Frochot, 75009 Paris
  • http://www.lebout.com/prog.php?id=280
Publicités

2 Réponses to “Des Accordés”

  1. Lilian Lloyd 15 janvier 2014 à 10:52 #

    Jolie plume la Plume, et merci pour nous, pour le soutien…

Trackbacks/Pingbacks

  1. L’Espoir Par Delà Les Murs – Un Gramme De Lumière | DéboRaconte - 4 novembre 2015

    […] Lloyd que je suis allée voir / ressentir. En effet, après la Comédie Romantique douce-amère, Des Accordés avec Deborah Esther et Anthony Salmero, pour laquelle il avait écrit, fait la mise en scène mais […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :