Ces héros du quotidien

22 Avr

Image

On a coutume, depuis des siècles, voire même des millénaires (malgré le manque de preuves scientifiques de ce que j’avance, aucune VHS de l’an -5000 n’ayant été retrouvée), d’aimer célébrer l’héroïsme au sens grandiloquent. Se trouver des héros ayant réalisé des actes exceptionnels, comme faire reculer des ennemis à dix contre mille (sans potion magique ni bazooka ni bombe nucléaire), découvrir la parthénogénèse (oui, j’avais envie d’introduire un mot savant dans mon texte dans un élan de grandiloquence lexicale), trouver le moyen de généraliser l’électricité à tous les foyers (ceci n’est pas une pub pour un acteur plus monopolistique qu’oligopolistique, et oui, je confirme mon envie de crâner en utilisant des mots compliqués) ou trouver le moyen de sortir le monde occidental de la crise (ceci est en revanche un appel à candidatures). Et pourtant (mis à part le dernier cité), mes héros ne sont pas ceux-là. Pour moi, la « grandeur d’âme hors du commun » du Larousse ou « l’extrême courage face au danger et le dévouement total à la cause pour laquelle on combat » du CNTRL (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales) ne sont pas l’apanage des hommes et des femmes à la renommée internationale.

Dans mes héros du quotidien, il y a d’abord ces gens que je crois et qui ne se font pas remarquer, mais qui font leur travail discrètement, sans se plaindre et qui sont toujours polis : la femme de ménage de l’entreprise, la secrétaire, l’employé de guichet de la RATP (oui, je dis et pense beaucoup de mal de la régie qui gère le métro, mais ça ne m’empêche pas de reconnaître que les gens au guichet sont courtois). Ca n’a l’air de rien, mais savoir qu’ils sont là et que si on leur dit bonjour, ils disent bonjour aussi, et que grâce à eux, la routine est assurée, c’est déjà pas mal. Parce que les N+45 de ces personnes ne font pas toujours preuve d’autant de dévouement.

Dans mes héros du quotidien, il y a aussi ceux qui me nourrissent. Ou plutôt devrais-je dire ceux qui me permettent de me nourrir. Sur le pied de guerre à 5 heures du matin ou avant. Les vendeurs du marché qui me font rêver avec leurs étals colorés deux fois par semaine, et puis les gens qui travaillent à la boulangerie. Qui assurent mon approvisionnement en baguettes croustillantes de 8h à 20h. Je les admire, parce qu’eux aussi, ils croient en ce qu’ils font. Et que je peux compter sur eux pour éveiller mes papilles au goût des bonnes choses. Parce qu’une tomate venant d’un vrai potager, c’est tout de même autre chose qu’un truc rouge et fade bourré de conservateurs comme il m’arrive malgré tout d’en acheter parfois. Bref, ils m’aident à faire des repas des moments agréables, et je les en remercie.

Dans mes héros du quotidien, il y a surtout ceux qui sont là et sur qui je peux compter. Dont la présence est discrète, mais à qui je peux parler quand j’en ai besoin, ou simplement envie. Qui peuvent être plus ou moins proches, amis ou simples connaissances, mais avec lesquels un lien de confiance existe. Et qui à leur manière mènent un combat qui leur est naturel pour que la confiance prenne le pas sur les peurs, les réserves, la méfiance qui peuvent leur être témoignées, par d’autres ou par moi. Qui ont le courage de ne pas acquiescer à ce qui ne leur convient pas, au risque de se faire mal voir. Qui ont le courage aussi de renvoyer dans leurs buts ceux qui tentent de les manipuler. Sans mener de croisade. Simplement à leur échelle et avec calme. Ces trop rares humains qui sont en cohésion avec eux-mêmes et qui écoutent sans juger mais sans naïveté non plus. Et s’expriment avec la liberté que cette simplicité leur permet. Et méritent pleinement cette confiance que j’évoquais.

Pour moi, c’est « juste » ça, un héros. Quelqu’un d’intègre. Et j’ai la chance d’en connaître quelques-uns. Pour essayer d’être comme eux, je me suis acheté une jolie cape de printemps, j’espère que ça marchera….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :