Mises en capsules – Edition 2014

1 Juin

 

Chaque année, le Ciné 13 Théâtre, charmante salle dont je vous ai déjà parlé abondamment pour ceux qui suivent régulièrement mes chroniques théâtrales, organise un festival qui s’appelle « mises en capsules », et qui présente, l’espace d’une soirée, cinq « pièces courtes » de 30 minutes, séparées par des pauses d’un quart d’heure, le temps de changer les décors et de laisser le public aller fumer une cigarette ou se repoudrer le nez. Au total, 16 spectacles ont été sélectionnés cette année. Afin de simplifier la vie de ceux qui veulent tout voir, ils sont présentés en 3 blocs de 5 spectacles, le dernier s’insérant plus aléatoirement dans l’équation. Certaines des créations proposées existent déjà sous leur forme complète, et le travail de mise au format peut être plus ou moins bien réalisé dans ce cas. D’autres semblent vraiment pensées pour le festival (ce qui n’exclut pas que la suite soit déjà dans les tiroirs).

Après avoir vu une seule des soirées en 2012 et deux en 2013, cette année, je me suis munie d’un pass festival me permettant d’assister à tout. Au total donc, j’ai pu découvrir 14 des 16 lauréats de la sélection, n’ayant pas pu arriver dès 19h la première fois. Petit résumé de ces trois soirées :

Soirée 1 : La Joie

Me voici donc, mercredi 21 mai, jour de pluie battante, dans cette salle que j’apprécie tant et où il fait bon se mettre à l’abri. N’ayant pu quitter le travail assez tôt, j’attends donc la fin des « Inséparables » pour pouvoir enfin découvrir ce cru 2014 qu’il me tardait de voir. A 19h45, mon impatience peut enfin cesser, me voilà rentrée et confortablement installée, accueillie par le charmant sourire de Benjamin Bellecour.

Capsule 1 : Mathilde 1ère, reine d’Angleterre (Texte et mise en scène : Gabor Rassov, avec : Emilie Caen, Mathieu Rozé, Riton Liebman, Muriel Combeau) Mathilde est une femme simple et pure, toute jeune maman, dont le mari désargenté, ayant enfin trouvé un travail, fait une mauvaise chute dans l’escalier et meurt. Ce sera le début d’une longue descente aux enfers, la jeune femme tombant ensuite sur un malhonnête homme qui la prostitue, puis sur un faux duc qui lui aussi trouve la mort, puis elle perd son fils, puis elle est victime d’un accident qui la rend tétraplégique, …jusqu’à recouvrir la santé et remonter la pente. Enfin c’est ce qu’elle croit. Avec peu de moyens, mais beaucoup d’humour, ces 4 comédiens endossant tous plusieurs costumes font de cette pièce catastrophe un grand moment de dérision. Un travail de précision est encore à fournir pour en faire une pièce complète, ce qui n’empêche pas que cela soit prometteur.

Capsule 2 : Le rite (Texte : Ingmar Bergman, Mise en scène : Julien Téphany, assité d’Anne Azoulay, avec : Bernard Bloch, Laurent Prévot, François Caron, Anne Azoulay) Trois comédiens se voient accusés pour le caractère outrageant de leur spectacle, sans qu’il ne soit précisé en quoi celui-ci consiste véritablement, ni ce qui en fait une œuvre transgressive. Un juge les reçoit, d’abord en groupe puis un par un pour trancher sur le caractère définitif de cette interdiction. Cette pièce est extrêmement rythmée avec des comédiens que l’on sent aguerris, et un rôle central d’une femme fatale qui joue à merveille les femmes fragiles, et qui sera au cœur du dénouement. De la première à la dernière minute, on est emportés par ces personnages et par le mystère qui se cache sous le fameux « rite » qui se joue pendant leur spectacle. Et par ce renversement permanent des rôles entre dominants et dominés. Une jolie découverte qui mérite d’être prolongée sur d’autres scènes.

Capsule 3 : Tous les garçons (et les filles) (Texte et mise en scène : Inès Loizillon et Alice de Lencquesaing, avec : Stéphane Soo Mongo, Pierre-Antoine Billon, Clément Métayer, Théo Cholbi) Quatre garçons sont ensemble dans les vestiaires d’un tournoi d’escrime, attendant chacun qu’on les appelle. Chaque départ ou arrivée de l’un d’entre eux après le combat s’accompagne d’un changement d’ambiance. Une idée simple sur le papier et pourtant un joli tour de force que de montrer l’intimité de quatre jeunes hommes. Leur ennui, leurs espoirs, leurs questions sur les femmes, leur rapport à la compétition sportive et plus généralement à la compétition entre hommes. Leurs rires, leurs moments de silence, leur besoin de se battre, l’amitié qui les lie, au final, malgré les tensions et les moqueries. Cette petite tranche de vie apporte un regard très tendre sur ces quatre garçons qui sortent de l’adolescence, avec une interprétation très travaillée et un coup de cœur personnel pour l’agilité de Pierre-Antoine Billon (et aussi un peu pour son regard perçant je l’avoue). Un moment suspendu où l’on rentre dans cet univers plein de charme. Tout en se demandant si le concept est transposable dans une forme plus longue.

Capsule 4 : Justice(s) (Texte : Sophie Le Tellier et Samantha Markowic, Mise en scène : Samantha Markowic, avec : Sophie Le Tellier et Samantha Markowic) A l’issue de leur garde à vue, différentes personnes arrivent devant le substitut du procureur, qui doit décider s’ils passent ou non en comparution immédiate. Les 2 auteurs-comédiennes, qui se relaient dans le rôle de l’accusé ou du substitut, ont à cœur de faire partager la psychologie de ces primo-délinquants qui ne nient pour aucun ce qui leur est reproché. Rebelles dans l’âme, au bout du rouleau, coupables d’un moment d’égarement, plus ou moins conscients des peines qu’ils encourent, ces personnages ont tous une dimension attachante qui ne minimise pas pour autant la portée de leurs actes. Ces séquences très humaines montrent la difficulté d’un métier qui nécessite à la fois empathie et fermeté. Elles ont aussi un effet loupe sur certains travers de la société aujourd’hui. Sympathique et touchant.

Au final, cette soirée fût plus qu’agréable, avec de la bonne humeur partout, sur scène et dans le public, et l’envie de retrouver certains textes ou acteurs très prochainement.

Soirée 2 : La Déception

Après huit jours de pause, et dans l’élan de bonne humeur de ma première soirée, me revoilà donc, le jeudi de l’ascension, sous un soleil radieux, à l’heure pour me régaler de ces cinq nouvelles pilules qui figurent sur le programme. Jour férié oblige, les gens se sont donnés rendez-vous, et la salle est vraiment comble. Avant même que la première pièce ne commence, certains ont trouvé le moyen de se glisser furtivement dans la salle et d’étaler leurs manteaux pour réserver les meilleurs sièges pour tous leurs amis. Ambiance donc. Mais qu’à cela ne tienne, je tiens à passer une bonne soirée, et puis il reste tout de même bien assez de places dans la salle. Accueil toujours souriant, mot d’usage sur les téléphones portables et extinction des lumières, nous y voilà.

Capsule 5 : Rappelez-moi le titre, déjà (Texte : Jean Bois, Mise en scène : Marianne Epin, avec : Catherine Laborde, Marianne Epin, Henri Courseaux, Emma Bergmann, Maxime Coggio) Un couple plutôt âgé se trouve dans son salon jonché de détritus et objets non rangés et l’on comprend très vite qu’ils sont à moitié siphonnés et ne se souviennent de rien. Bref, leur cerveau est à peu près aussi en ordre que leur appartement sans pour autant que cette excentricité ne soit attribuable à la sénilité ou la maladie d’Alzheimer. Bref, on les voit s’égarer et délirer à moitié quand arrive la femme de ménage dépêchée par l’assistance sociale. Un bon cliché d’employée de maison portugaise qui manque de s’étrangler en voyant le bazar mais ne se décourage pas et prépare un plan d’attaque contre la saleté. Puis on voit apparaître le fils devenu grand et sa fiancée, le jeune homme semblant un tantinet stressé à l’idée de présenter l’élue de son cœur à ses deux excentriques de parents (et on le comprend un peu). Retour au royaume du bazar après un déjeuner arrosé partagé avec Mme Sanchez la portugaise et début du rangement. Noir puis arrivée du fils. Présentations et partage de l’apéro. Puis noir final. J’avoue avoir été très sceptique devant ce petit bout de boulevard un peu caricatural, sans dialogues croustillants, sans vraiment de rythme, et sans originalité non plus dans le scénario. Le spectacle est pourtant d’ores et déjà programmé pour l’été. Je pense passer mon tour sans regret.

Capsule 6 : Vertige(s) (Texte et mise en scène : Hubert Benhamdine, avec : Magalie Genous, Julie Sigana, Clotilde Daniaud, Hubert Benhamdine, Teddy Mellis) Changement d’ambiance complet pour cette deuxième représentation de la soirée qui nous emmène dans un monde futuriste, gouverné par une sorte de grand gourou du nom de Maitreya, à la tête de la société superpuissante Dreamance. Un univers inspiré certainement par bon nombre de films de ce genre, avec des acteurs qui ont une pêche d’enfer et arrivent avec peu de moyens à en restituer l’ambiance. Deux jeunes humaines vivant dans les profondeurs des sous-sols (parce que plus on est haut dans la hiérarchie, plus l’on vit proche de la lumière du jour et inversement) se voient offrir un séminaire d’Amélioration avec le grand Léo, qui leur permettra peut-être de sortir de la médiocrité et de s’élever près des meilleurs. Mais rien ne se déroulera comme prévu. Menée tambour battant, cette création fût la bonne surprise de la soirée et la seule à me laisser réellement sur ma faim (au risque de vous gâcher la suite de la lecture). On sent que tous croient au projet et s’y sont réellement investis, et il y a déjà à ce stade beaucoup de très bonnes idées qui méritent d’être développées.

Capsule 7 : Iblis est notre histoire (Mise en scène : Patrick Piard, avec : Jeremy Buis, Clément Chébli, Marc-Henri d’Hombres, Etienne Durot, Yves Jégo, Sabrina Marchese, Jenny Mutela, Victor Pontecorvo, Eugénie Ravon, Julie Roux, Raymond Dikoumé) Il est difficile voire impossible de raconter cette expérience scénique. Cela commence par un long chant incantatoire où tous les acteurs (plus nombreux encore que ceux cités) rentrent sur scène en chantant un air de magie noire ressemblant à un hymne religieux. Puis une des comédiennes s’allonge nue sur un coffre pour ce qui ressemble à un exorcisme et on lui verse de la fausse cire sur le ventre et du faux sang sur la bouche avant l’arrivée d’un horrible montre qui est sans doute le diable. Puis un associé du diable convainc un bluesman de lui vendre son âme. On voit ensuite arriver un homme entièrement couvert de faux sang escorté par 2 femmes qui veulent le faire céder (à quoi, on ne saura pas), et encore d’autres personnages totalement barrés. On ne comprendra jamais ce qui lie toutes ces micro-séquences. Cela est sans doute original, ou alors fait pour les esprits vraiment ouverts et capables de conceptualiser cet ensemble incohérent qui confond provocation avec intelligence. J’imagine que les hommes y auront trouvé un peu de plaisir des yeux devant la jolie jeune femme dénudée. Pour le reste, je n’ai personnellement aucunement été touchée.

Capsule 8 : 3 sœurs + 1 (Texte : adapté de Tchekhov, Mise en scène : Thierry Harcourt, avec : Julie Debazac, Noémie Elbaz, Deborah Grall, Baptiste Marcenac) Olga, Macha et Irina ont perdu leur père bien-aimé il y a déjà un an, des années après leur mère, et vivent avec leur frère Andreï, qui leur impose son mariage avec une jeune femme qu’elles n’apprécient guère et qui tient à trouver sa place elle aussi. Les 3 sœurs se réfugient sans cesse dans leur imaginaire, entre passé révolu et futur fantasmé. L’ensemble est très bien interprété, avec sobriété mais inventivité. On sent que l’on est face à des comédiens aguerris et talentueux, ce qui est en soi agréable. Malgré cela, la trame en elle-même est trop réduite pour que l’on réussisse à accrocher à l’histoire. Sans doute un inconvénient du format court.

Capsule 9 : PFFFFF (Texte : Romain Cottard et Paul Jeanson Mise en scène :Noam Morgensztern, avec : Sophie de Fürst) Idée originale que celle de ce spectacle. Nous plonger en plein cœur d’une formation professionnelle ou en tout cas, d’un cadre qui y ressemble. En disséquant avec humour les pratiques qui y ont cours, des 3 heures de conférences suivies de travail en petits groupes avant réunion de l’ensemble des participants pour une séance plus participative. Sophie de Fürst anime donc cette troisième partie de journée qui doit aboutir sur la révélation de la réponse à LA question, scellée sous enveloppe. Une idée de départ originale portée par une jeune femme pleine de pep’s, avec pas mal de bonnes trouvailles. C’est hélas parfois un peu décousu, ce qui n’empêche pas d’avoir le sourire aux lèvres. Un peu de rôdage sur un temps plus long et l’on n’aura plus d’yeux que pour cette enveloppe.

Une soirée très en demi-teinte, surtout en comparant à celles vécues les autres années et encore à peine quelques jours avant. L’affluence y contribuait sans doute, avec beaucoup de gens impliqués sur l’une ou l’autre des formes courtes présentées et qui venaient dans une perspective de congratulations et d’autocongratulations. Et il manquait, sauf pour Vertiges, cette petite touche de créativité qui selon moi fait vraiment l’originalité et l’attrait du festival.

Soirée 3 : Le Ravissement

Bien déterminée à ne pas rester sur un échec, j’ai rempilé vendredi 30, dès le lendemain de l’ascension, pour une troisième et ultime tentative. Avec toujours un bon ton de remplissage, mais dans une plus grande harmonie que la veille. Haut les cœurs donc, me suis-je dit, et que le spectacle re-re-commence.

Capsule 10 : Bilan de compétences (Texte : Xavier Claudon, Eric de Montalier, Julien Boisselier, Mise en scène : Julien Boisselier, assisté de Lou Bonetti, avec : Eric de Montalier) Cela a très bien commencé ce bilan de compétences. Moi au premier rang, Julien Boisselier sur la scène, avec Eric de Montalier, le héros donc, Lou Bonetti, second rôle, et Pierre Tirmont avec son matériel lumière et son. Original comme configuration d’avoir la régie, le metteur en scène et son assistante sur scène mais pourquoi pas. Et puis c’est quand même Julien Boisselier, dont je n’oublierai jamais la performance dans le film « J’me sens pas belle ». Enfin, passons sur l’introduction, et venons-en au vif du sujet. L’histoire de cet homme ayant atteint la quarantaine, grand fêtard devant l’éternel, que sa femme finit par quitter à force de le voir s’amuser ailleurs et qui, voulant la récupérer, décide de faire un bilan de compétences. Décision complètement à côté de la plaque parce qu’en fait, il ne cherche pas de reconversion professionnelle, mais une façon de pouvoir revenir au foyer. Avec une présentation de 30 minutes qui reprend ce qui est supposé être les « meilleurs moments » du texte. Du coup, les spectateurs sont largués, à la fois parce qu’ils ont les coulisses sous les yeux avec tous les changements de costumes et d’accessoires à découvert, et parce qu’ils ne comprennent pas le fil directeur. Au final, il est impossible de dire si l’œuvre complète a un réel sens ou non.

Capsule 11 : Dame Fleur (Texte : Justine Bruneau, Mise en scène : Tadrina Hocking, avec : Justine Bruneau, Judith Caen) Toujours armée d’un solide optimisme, et même si je n’avais pas été fascinée par le tout début de soirée, j’avais un solide espoir de remonter la pente. Et j’avais raison. Déjà, le décor nous emmène ailleurs, avec ce faux magasin de fleurs qui sent bon la verdure grâce à un panneau rempli de branchages et de quelques fleurs. Une femme sortie faire une course et surprise par une pluie torrentielle trouve donc refuge dans ce lieu accueillant, tenue par une fleuriste enthousiaste bien qu’un peu excentrique. D’abord sur la réserve et désireuse de rentrer chez elle au plus vite pour ranger sa cave avant l’arrivée du plombier qui doit y intervenir, elle va se laisser peu à peu gagner par le monde qui l’entoure. Mais quel est réellement ce lieu ? Le mystère plane. Un vent de fraîcheur souffle sur cette œuvre résolument contemporaine, portée par ces deux jeunes artistes, avec une performance notable de Justine Bruneau en amoureuse de la nature faussement gentille et innocente. Une belle réussite sous sa forme actuelle, avec un large champ possible pour en faire une pièce plus étoffée.

Capsule 12 : In heaven, everything is fine (Texte : Eric Herson-Macarel, d’après Dostoïevski, Mise en scène : Eric Herson-Macarel, avec : Anthony Boullonois, Sophie Dufouleur, Gilles Kneusé) Un homme reclus au fin fond d’un sous-sol depuis très longtemps se remémore sa rencontre, bien des années avant, avec une fille dont il a été éperdument amoureux et dont il n’a de cesse de rêver depuis. Du sauvetage de la demoiselle d’une voiture qui aurait pu la renverser à l’apprentissage de son histoire et aux déclarations enflammées de cette jeune femme amoureuse d’un autre, chaque étape est scrutée avec intelligence et humour fin. Ce coup de foudre non partagé qui serrera le cœur de l’homme, avant qu’il ne s’abandonne quand même à l’espoir d’un changement, en résume très bien tant d’autre, avec leur cruauté mais aussi leur beauté. Et puis, l’on voit aussi cette confiance qui s’installe chez la demoiselle envers l’homme qu’elle finira par trahir. Le thème de l’amour non réciproque et de ses conséquences est peu abordé au théâtre, il l’est ici avec beaucoup de subtilité, des acteurs qui en font ni trop, ni trop peu, et de chouettes costumes. Comme le dit le titre, au paradis (des fauteuils confortables), tout va bien (pour le public)

Capsule 13 : Dona Rosita la Célibataire (Texte : Federico Garcia Lorca, Mise en scène : Chloé Rossignol, avec : Sophia Alma, Laureen Debray, Eloïse Hérault, Fabien Hily, Cristina La Mia, Ludivine Maffren, Polchu) Cette capsule a été mon COUP DE CŒUR du festival cette année. L’histoire est celle de Dona Rosita, une jeune femme follement amoureuse de son cousin parti au loin mais qui continue de lui écrire. Alors elle l’attend. Lorsqu’il lui propose un mariage par procuration, elle n’hésite pas une seconde et ne doute pas de sa sincérité et de son retour imminent. Seulement, lui ne reviendra jamais et les années passeront sans que cette femme profondément éprise ne cesse d’espérer. Toute la beauté du spectacle réside dans l’intégration du flamenco dans le spectacle, qui fait ressortir l’intensité dramatique de cette vie sacrifiée. Cinq danseuses accompagnées de deux musiciens interprètent ces différents tableaux avec énormément de grâce et dans des chorégraphies superbes. En faisant preuve du même investissement du corps et des émotions lorsqu’elles s’expriment par la voix. C’est frais et fluide et surtout magnifique, et j’aurais aimé que cela ne s’arrête pas au bout de la fatidique demi-heure impartie.

Capsule 14 : Nulle part à l’heure (Texte et mise en scène : Alexandra Cismondi, avec : Joséphine de Meaux, Yannik Mazzilli, Rudy Milstein, Joséphine Draï, Alysson Paradis) Louise est une jeune femme qui après un choc traumatique sept ans avant, oublie tout ou presque depuis ce jour. Elle ne se souvient pas que sa meilleure amie Léa est morte, que son copain l’a quittée, elle ne se souvient plus non plus qu’elle a demandé un verre d’eau cinq minutes avant. En ce mois de mars, son ex toujours présent et ses anciens amis viennent la voir pour une fausse cérémonie de Noël. Les souvenirs des uns et des autres ressurgissent pour tenter de faire recouvrir à Louise la mémoire de ce qui s’est passé depuis le départ de Léa. Et l’on découvre les histoires de cœur et de fesses entre les uns et les autres. Se voulant une chronique de la génération des trentenaires, cette pièce véhicule pas mal de clichés, mais tant le scénario que l’interprétation en sont fluides et réussis. Nul doute qu’elle saura trouver son public.

Cette troisième soirée fut plus que plaisante, le numéro 13 m’ayant particulièrement porté bonheur. Elle montrait vraiment la diversité des formes de création, avec des comédiens que l’on sentait tous impliqués et un public enthousiaste, venu véritablement pour le plaisir de la découverte.

Sur l’ensemble du festival, j’ai trouvé cette année une petite baisse de niveau. On y voyait davantage de têtes d’affiches et moins d’efforts faits dans plusieurs spectacles pour cadrer au format imposé, comme une sorte de bande annonce ne pouvant pas totalement se regarder seule, sans revenir pour la suite. Cela n’a pas pour autant empêché des jeunes compagnies de se détacher du lot. Rendez-vous en 2015 pour de nouvelles capsules. Et pour ceux qui ne connaissent pas cette initiative, il vous reste 6 soirées pour découvrir.

Plus d’infos :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :