Humain, mode d’emploi

18 Juin

Dix-sept ans après « Bienvenue à Gattaca », alors qu’Arte envahit nos écrans le jeudi soir avec « Real Humans » en nous montrant comment nous risquons d’en arriver à devoir cohabiter avec des robots, j’ai eu envie de me rebeller un peu. De dire que non, nous ne laisserons pas la technologie nous dominer (oui, si je veux je peux me passer de smartphone pendant deux semaines, non mais ça va pas la tête disons deux jours, en fait c’est super long on va partir plutôt sur deux nanosecondes, et puis je peux aussi cuisiner un repas sans micro-ondes ni robot ni congélateur ni bouilloire électrique simple et diététique sans faire appel à la technologie à base de pain frais et de fraises je ne vois que ça). Je me voyais donc organiser une gigantissime « Human Pride » 2.0 (lire deux point zéro) en lançant un appel par ordinateur interposé pour signifier notre détachement. Le paradoxe d’une telle approche ne vous ayant certainement pas échappé, j’ai choisi une autre approche pour montrer que nous sommes à peine au niveau d’un prototype la supériorité qu’est la nôtre, être de chair et d’os.

 

télécommande

 

 

Voici donc en avant-première la notice avec laquelle nous pourrions être livrés, si nous devions un jour voir les rôles totalement inversés :

 

Mode d’activation : créer une stimulation auditive désagréable et à un volume suffisamment élevé pour tirer l’humain de sa torpeur. Un réveil pourra vous aider dans cette tâche de manière assez efficace. Dans le cas d’une personne à l’ouïe déficiente ou au sommeil particulièrement lourd, utiliser la méthode tactile se caractérisant par des secousses plus ou moins fortes. Lorsqu’un râle parvient de la partie prénommée « bouche », vous pouvez considérer que la créature est en mode de démarrage. Assurez-vous toutefois qu’il ne s’agisse pas d’une fausse alerte.

 

Fonctions élémentaires : après activation, votre humain devrait a priori poser les deux pieds à terre et les avancer l’un après l’autre de façon lente et peu dynamique. C’est l’enclenchement de la fonction marche dont l’assurance devrait progressivement augmenter jusqu’à une heure dite tardive ou elle se fait à nouveau faiblissante. Autre fonction élémentaire, la parole ne s’active généralement pas en même temps que la marche. Un temps d’adaptation est nécessaire pour qu’elle dépasse le stade du râle potentiellement assortie d’un bonjour adressé aux co-résidents du logement. Pour faciliter le bon fonctionnement de la parole, un thé ou un café sera en général nécessaire, voire vital.

 

Fonctions annexes : Matin et soir, l’humain effectue différentes tâches complexes en partie différenciées selon son sexe : nettoyage du corps, brossage des dents et habillage / déshabillage pour les hommes comme pour les femmes, suivi dans le premier cas du rasage ou examen de la barbe d’1/2/3/15 jours et dans le second cas du rituel maquillage / démaquillage. S’y ajoutent différentes options telles que : préparer le repas, habiller les enfants, faire la vaisselle, ranger ce qui traîne dans le logement, etc.. L’être humain bénéficie ainsi d’un nombre important de fonctionnalités lui permettant de prendre soin de son corps et de son intérieur. Habituellement, aucune stimulation particulière n’est utile pour qu’il se serve de ces aptitudes. Si toutefois, l’hygiène corporelle ou celle du logement vous paraissaient douteuses, il vous faudra user de tous les moyens possibles pour amener votre être vivant à passer sous la douche et se servir de l’aspirateur et des produits d’entretien qu’il possède (s’il n’en possède pas, vous êtes tombé sur un spécimen déficient, un reconditionnement sera probablement nécessaire).

 

Fonctions avancées : l’humain est doté d’un cerveau qui crée de très nombreuses possibilités, notamment celle de réfléchir, d’écouter, de répondre, de prendre des initiatives, de faire des propositions. Ses membres, muscles et organes lui permettent de se mouvoir dans des situations et des localisations très diverses. Il résulte de la bonne connexion entre corps et cerveau un nombre quasi infini d’options avancées que la créature cherchera à tester parfois avec succès, parfois en se heurtant à certains obstacles. Ces ratés sont automatiquement enregistrés dans le cerveau afin d’alerter l’humain s’il en vient à reproduire le même schéma ultérieurement.

 

Précautions d’usage : l’humain pouvant être extrêmement têtu (au point de se réexposer aux ratés cités précédemment par exemple), ne cherchez jamais à heurter frontalement son obstination. Usez toujours de chemins détournés permettant un temps d’apaisement avant de tenter de réactiver la fonction souhaitée. Veillez également à lui octroyer des périodes de repos suffisantes pour lui permettre de se régénérer (de 6 à 10 heures selon les modèles).

 

Spécificités : l’humain est livré avec toute une palette d’émotions et de sentiments positifs et négatifs qu’il vous appartiendra de contribuer à faire progresser. Nous recommandons vivement de créer un environnement propice au développement des ressentis positifs, parmi lesquels se trouvent la joie, l’affection, l’envie de découvrir, l’écoute, et le meilleur de tous, l’amour. Respecté et stimulé dans ses meilleurs aspects, il accomplira sans nul doute de grandes choses, sera satisfait de lui-même et engendrera la sympathie. Sa proximité vous donnera alors sans doute envie de vous entourer d’autres personnes lui ressemblant. Dans le cas où vous ne respecteriez pas nos conseils et prescriptions, nous ne pouvons vous apporter aucune garantie du contentement procuré par l’humain, et cela serait fort dommageable.

 

J’espère que ce petit guide pas si anodin vous aura fait sourire. Le temps est venu d’activer la fonction veille avant redémarrage demain matin à coup de sonnerie tonitruante. Bon repos.

Advertisements

Une Réponse to “Humain, mode d’emploi”

  1. Frayer (@Frayermonblog) 11 juillet 2014 à 09:30 #

    Je trouve que tu abordes avec un ton léger un sujet qui a aussi un fond grave (bref, j’aime beaucoup!). Autant, je peux sans problème cuisiner « à l’ancienne » sans micro-onde ni bouilloire et sur une cuisinière à bois (même pas mal!) autant ne pas être connectée me parait quasi impossible…
    J’ai découvert Gattaca il y a peu et j’ai été glacée : le sujet était en complète résonance avec un de mes cours (qui parlait de tests et de méthodes scientifiques d’évaluation) et ça m’a fichu le bourdon car je ne crois pas au déterminisme (même si le film a une note d’espoir, je sais).
    Quand à « real humans », j’en ai juste entendu parlé car je n’ai plus la télé(vision) depuis 2008 —–> je dois être obsolète comme fille 😉
    Bref, très chouette billet!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Les carnets du bien-être

Des idées et des outils pour se détendre et se ressourcer

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :