Née sous Giscard

22 Juin

giscard

Comme certains d’entre vous le savent, je ne cours pas après les spectacles d’humoristes. Que cela soit clair, j’aime beaucoup rire, mais j’ai tendance à trouver que beaucoup de ces prestations se ressemblent. Formés auprès des mêmes « comiques », les élèves ont en effet tendance à user des mêmes blagues, des mêmes tics et des mêmes ressorts en termes d’interactivité. Donc je freine un peu sur ce type de sorties. Et en même temps, lorsqu’une personne seule est douée, je suis ravie de la découvrir. Camille Chamoux est douée, on peut le dire sans risquer l’erreur.

La jeune femme, née en 1979, sous Giscard donc, comme le titre de son spectacle l’indique, nous livre pendant 1h30 ses états d’âme de fille de la génération X et sa « nostalgie » des époques où elle n’est pas née. Elle nous parle de son enfance à l’école et des doutes des trentenaires, nés avec le choc pétroliers et n’ayant connu que la crise. De la musique qui était à la mode quand elle était ado et de celle qu’elle aurait voulu connaître alors, comme Aznavour.

Et puis, elle parle aussi de ces petites choses qui sont bien dans le quotidien des gens nés à la fin des années 70, de leur capacité à s’inventer une identité sans évènement qui la crée autour, de la volonté d’aller quelque part même quand on ne sait pas trop où. De la télé qu’elle a connu, de cette génération sage à laquelle elle appartient, entre les babas cool des années 70 et les ados rebelles des années 2010.

Tout au long de son discours, on a un peu l’impression d’être en famille, avec un vrai sens de l’interaction, qui ne se limite pas à prendre pour cible une personne du premier (ou du deuxième rang). Elle parle réellement aux gens qui s’installent le temps que tout le monde arrive, joue même un peu les placeuses, tacle les retardataires, fait son tout du public entre deux sketches, et malgré tout, prend  pour cible une personne du deuxième rang.

Un spectacle sympathique et assez tendre, sans gros fous rires mais qui maintient de bonne humeur du début à la fin. Et c’est déjà une très bonne chose.

Plus d’infos

  • Née sous Giscard, le 1er octobre 2014 à 20h30
  • Maison des Arts et de la culture de Créteil, 1 place Salvador Allende, 94000 Créteil
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :