Lettre à un suceur de sang

27 Juil

           Source : http://www.publicdomainpictures.net

 

Monsieur Gredin,

Je tenais à vous écrire avant de porter plainte officiellement pour spoliation de bien et blessures répétées et aggravées de votre part et de celle de votre horrible famille. Il va sans dire que s’ajoutent à ces chefs d’accusation le harcèlement physique et moral que vous exercez sur ma personne, me suivant dans chacun de mes déplacements, et allant même jusqu’à vous introduire dans mon appartement en pleine nuit par la fenêtre demeurée ouverte pour cause de grande chaleur.

J’ai essayé de vous avertir gentiment dans un premier temps, puis un peu plus fermement à travers l’emploi d’un spray répulsif, mais il semble que rien n’y fait puisque vous vous obstinez à vous coller à moi matin, midi et soir, et même durant mon sommeil. Je vous ai prévenu dès votre première apparition que vous et moi ne pourrions pas être amis si vous vous approchiez de trop près, ne serait-ce qu’une seule fois. Mais têtu comme vous l’êtes, vous avez quand même outrepassé vos droits une première fois, et malgré les menaces, vous y avez pris goût et avez recommencé jusqu’à provoquer ma colère et ma haine les plus violentes.

Sachez donc que je ne vous permettrai plus, à vous et à vos proches, de continuer à perpétrer vos méfaits criminels et sanglants, et compte à cet effet demander une ordonnance d’éloignement d’au moins 2 mètres, afin d’assurer la protection de mon intégrité. Peut-être avez-vous cru au départ que je faisais partie des donneurs de sang de la clinique des moustiques, et que j’avais organisé une soirée open-bar pour marquer mon adhésion, mais cette croyance a toujours été erronée. Je tiens le liquide qui coule dans mes veines pour un bien totalement privé et que je ne partagerai en aucun cas avec d’autres espèces animales que celle à laquelle j’appartiens.

Or, vous et vos comparses m’avez volé mon bien avec violences, exerçant ce dangereux racket à plusieurs reprises au cours des derniers jours. Je me retrouve désormais percluse de boutons non seulement inesthétiques mais douloureux, ne me laissant d’autre option que de faire preuve en public du plus grand stoïcisme et de me cacher pour pouvoir me gratter sans me ridiculiser. Par conséquent, si vous recommencez, les demandes de dommages-intérêts pour remboursement de la crème apaisante et du préjudice ressenti dans ma vie sociale pourront être très élevés. Il va sans dire également que vous aurez à vous acquitter du prix de ce que vous avez prélevé à l’argus de la banque du sang correspondant à mon rhésus personnel.

J’espère ainsi, qu’ayant lu ces quelques mots, vous consentirez à faire preuve de raison avant de vous retrouver face à un scotch à moustiques habilement dissimulé ou à la menace d’un coup de journal meurtrier si vous vous avisez de rentrer à nouveau dans ma chambre durant mon sommeil.

Je ne saurais que trop vous inciter à trouver une source nutritive alternative au sang, mes camarades risquant fort de faire preuve envers votre famille de la même attitude que celle que j’adopte ici.

Au plaisir de ne jamais vous revoir.

Votre victime

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :