Un tango en bord de mer

14 Sep

un tango en bord de mer

Il est difficile de rendre hommage en quelques lignes à ce tango en bord de mer. Parce qu’il s’agit d’une pièce qui se vit plus qu’elle ne se décrit. L’histoire importe moins que les mots et ceux de Philippe Besson sont un pur régal, au théâtre comme dans ses romans.

La pièce se passe toute entière dans le décor magnifiquement réussi d’un bar d’hôtel de luxe déserté en bord de mer en fin de soirée. Un écrivain renommé, la cinquantaine, y retrouve son ancien amoureux, ayant la trentaine, parti sans un mot deux ans auparavant. Le premier incarnant les vieux renards, le second les jeunes chiens fous. Les deux porteurs de toute la fragilité de leur absence d’adieux. Comme si cette scène (apparemment) orchestrée par l’écrivain était à la fois la meilleure et la pire qui puisse leur arriver.

Et c’est bien dans cette tension permanente entre la nostalgie et la souffrance de leur passé commun, entre la joie et l’appréhension à se revoir, entre la maturité de l’un et la jeunesse de l’autre, entre la maîtrise de soi et la colère qui cherche à s’exprimer, que réside le charme de cette danse. Alors qu’ils ont chacun choisi des façons différentes d’aller de l’avant depuis leur séparation (laissons le suspense à ceux qui liront ou iront voir la pièce), ils reviennent sur cet amour qui les unissaient, en dépit de leurs différences d’âge, d’ambitions, demodes de vie. Sur le poison qui les pourrissait comme sur l’altérité qui les nourrissait. Avec légèreté ou gravité, avec de l’humour et des cris, avec de la tendresse et de la provocation.

Derrière leurs dialogues et leurs histoires, difficile de ne trouver aucun écho aux siennes ou à celles des autres. Grâce aux mots ciselés de l’auteur bien sûr, mais aussi grâce à l’engagement de Jean-Pierre Bouvier et Frédéric Nyssen. Du début à la fin, on reste ainsi suspendus à ce qui se dit, tantôt en riant, tantôt en fronçant les sourcils. L’espace d’un long tango, le temps s’arrête.

Une pièce sensible, forte, un magnifique instant d’intimité entre deux êtres que leur désir de liberté a fini par enfermer. Un moment fort assurément à ne pas manquer.

Plus d’infos :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :