Bio

2 Déc

 Bio

Très exceptionnellement, je vais vous parler d’un spectacle dont je ne me souviens que très partiellement puisque je l’ai vu au mois de juillet, ce qui dans l’espace-temps parisien où en bonne jeune active caricaturale, je sors 4 fois par semaine, équivaut à peu près à trois éternités. Néanmoins, ma jeunesse relative me permet de bénéficier d’une mémoire encore à peu près opérationnelle, ce qui fait que je n’ai pas totalement oublié cette soirée d’été d’il y a cinq mois (je me rappelle même avec nostalgie de la terrasse de café où j’ai terminé la soirée alors que les premières neiges de l’hiver ne sauraient tarder à arriver… bref revenons au sujet).

Bio, c’est donc, comme son nom ne l’indique pas, un spectacle qui n’a absolument rien à voir avec la protection de l’environnement et l’agriculture non intensive. Encore que la suite prouve finalement le contraire (mais le spectacle vivant n’est pas à une contradiction près, c’est pour ça qu’on l’aime). Il ne s’agit ni plus ni moins que d’un spectacle d’improvisation au concept original, par la compagnie « Eux » (vous remarquerez que ces gens à l’imagination débridée sur scène font des choix de noms plus que synthétiques, en 3 lettres seulement, dans leur communication).

Après vous avoir beaucoup fait patienter, roulements de tambours pour la révélation de ce concept (presque) révolutionnaire : les trois acteurs présents sur scène vont pendant un peu plus d’une heure créer la bio…graphie (mais sans graphes PowerPoint insipides) d’une personnalité non existante inspirée par les suggestions du public. Et c’est là que la nature revient, puisque, le soir où j’ai découvert le spectacle, le héros était un fabricant de yaourts possédant ses propres vaches (des yaourts bio, donc, pour ceux près des radiateurs qui décidément méritent leur mauvaise réputation).

A partir de trois ou quatre éléments donc, on découvre une aventure totalement improbable, où apparaissent des personnages plus ou moins fantasques, faite de multiples rebondissements et dont on se demande comment elle va finir, totalement suspendus à l’inspiration des trublions de l’improvisation. Après diverses péripéties plutôt épuisantes pour les zygomatiques, la soirée finit donc en un tonnerre d’applaudissements épuisant pour les bras. Bref, tout cela impose d’être prêt à faire un peu de sport et à montrer ses fossettes.

Une création très originale qui ne vous laissera pas 30 secondes pour bailler et regarder votre montre.

Plus d’infos :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :