Les points sur les i

8 Fév

Ce texte est ma participation au défi de la #teamécriture du mois de février, avec comme consigne, commencer et terminer un texte par la même phrase, et inclure février dans le texte. Vous trouverez toutes les participations http://teamecri20.tumblr.com/

Je vais me charger de le lui dire, parce qu’il faut que ça cesse. Elle ne peut pas continuer comme ça, comme si de rien n’était. Elle en devient ridicule, parce que tout le monde le sait, et elle semble ne pas en avoir conscience. Toutes ses tentatives plus maladroites les unes que les autres pour faire comme si elle le connaissait à peine. Elle me fait presque de la peine, notre sœur, à se leurrer ainsi sur sa faculté à sauvegarder les apparences.

Je ne sais pas si au fond c’est elle ou lui que je plains le plus. Elle pour être aussi engoncée dans ses impératifs de désirabilité ou lui pour accepter de jouer ce jeu par pur opportunisme. Au fond, ils se sont peut-être bien trouvés finalement. La snobinarde et le type aux dents longues. Et habile avec ça, notre jules. Janvier il l’aide tard le soir pendant le mois de clôture, février il lui sort le grand jeu pour la Saint-Valentin et hop la voilà conquise. Elle qui jurait ses grands dieux qu’elle ne craquerait jamais pour un collègue, la voilà qui s’éprend du petit nouveau au sourire carnassier.

Enfin tout ça, passe encore, mais elle a sacrément foutu la merde, avec sa passion à la harlequin, à promouvoir le gars. Nicolas m’a dit que ça a fait grincer plusieurs dents, qu’il passe comme ça devant les plus anciens. Et Perrine n’en peut plus de bosser avec lui. Elle doit quasiment tout reprendre à chaque fois qu’elle contrôle un truc. C’est ridicule de cacher qu’il squatte chez elle tous les soirs pour se griller aussi grossièrement au boulot. Tout ça pour qu’il ait le titre et le statut suffisants pour qu’elle puisse le fréquenter. Enfin, ce n’est pas son coup d’essai à notre sœur, mais là, il y a des emplois en jeu s’il continue à merder comme ça et qu’un jour, les autres ne voient pas la bourde.

Je sais que t’as essayé subtilement, mais pour quel résultat ? Et puis maintenant qu’on a découvert qui il est, on ne peut pas garder ça pour nous. Passe encore que ce soit un séducteur, mais un gars qui abandonne son gosse, ça c’est pas possible. Imagine que ça lui arrive à elle, même scénario dans un ou deux ans. Et elle drapée dans son orgueil à pas vouloir y croire. Non, c’est plus possible, ce sale con doit dégager. Je vais me charger de le lui dire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :