Anna Christie

15 Fév

zoom_affiche20141212190533

En ce début d’année, le Théâtre de l’Atelier ressuscite un texte du dramaturge américain Eugène O’Neill dans l’ambiance d’écume et de varech d’un port qui pourrait se trouver n’importe où. Après une hospitalisation, la jeune Anna Christie, abandonnée par son père quinze ans avant à la mort de sa femme, à des cousins suédois qui l’ont exploitée comme fille de ferme débarque chez son géniteur pour se remettre sur pied sans avoir à travailler le temps d’être de nouveau en forme. Parce que loin de l’image qu’a décidé de s’en faire le vieux marin, sa chère tête blonde vit de la prostitution.

Inconscient des faits mais ravi de trouver de la compagnie, le vieux devenu alcoolique l’emmène avec elle en mer où elle se prend d’affection pour les vents forts et les secousses des vagues. C’est là que débarque Burke, naufragé qui voyant le chalutier s’y hisse avec ce qui lui reste d’énergie et tombe aussitôt amoureux de la jeune femme.

Anna se prend à croire à cette nouvelle vie et à l’amour. Mais la honte de son passé ressurgira, et les préjugés des hommes auront vite fait de conduire le père et le jeune homme à lui jeter l’opprobre. Blessée dans son intégrité, elle tentera de réclamer sa place.

Portée entièrement par la brillantissime Mélanie Thierry, cette place pose des questions toujours très actuelles sur la rémission, le droit à l’oubli, la place de la femme, les secondes chances et bien d’autres. Féodor Atkine est très convaincant dans le rôle du père même s’il lui fallait encore lors des premières dates, trouver sa façon de jouer l’alcoolique. Stanley Weber est en revanche un peu en retrait par rapport à la présence et le talent de ses compagnons de scène.

Un très agréable moment et une belle découverte.

Plus d’infos :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :