Brigade financière

22 Fév

brigade fi

Au risque de me répéter, je suis une accro absolue du Ciné 13 Théâtre, lieu atypique situé du côté de Montmartre et de ses petites rues pleines de charmes. Et bien entendu à son accueil toujours chaleureux (avec bar sur place pour les amateurs) et surtout à ses canapés touges des trois premiers ranges, dans lesquels on s’enfonce avec délices. Mais bien sûr, je ne serais pas aussi accro si la programmation n’était pas au niveau. Et c’est encore une fois le cas avec cette pièce qui ravira les amateurs de théâtre, les financiers et tous ceux qui travaillent dans le milieu juridique.

Brigade financière, c’est donc l’histoire de la garde à vue d’un grand patron du CAC 40 accusé d’abus de biens sociaux. Avec dans le rôle de ce patron arrogant Hugues Leforestier. Et face à lui une commissaire de la brigade financière aux nerfs solide incarnée par Nathalie Mann. Ces deux-là vont donc jouer durant 48h au jeu du chat et de la souris. Et quand deux professionnels chevronnés s’affrontent, la faiblesse et la cruauté changent de camp facilement.

Ainsi, si le premier interrogatoire prend des airs de parfaite courtoisie, le ton changera dès le début de la garde-à-vue elle-même. Ce haut dirigeant apparaît ainsi inflexible et parfaitement imbuvable, totalement dépourvu d’empathie et déconnecté de la réalité des petits et moyens de ce monde. Portrait-type du salaud de grand patron. Tandis que la commissaire garde son flegme et agit avec le professionnalisme le plus strict. Mais petit à petit, les choses vont changer. Après une première nuit en cellule, le suspect commencera par déverser toute sa bile avant que la fatigue ne commence à faire effet. Et devant tant d’obtination, celle qui défend la justice se montrera beaucoup moins tendre et capable de contrôle. Une première journée sous tension donc, mais sans réel aboutissement, qui donnera donc lieu à un prolongement de la garde à vue.

Et c’est après cette deuxième nuit que les choses vont réellement devenir passionnantes. Parce que l’on découvre que les enjeux pour la commissaire sont plus grands qu’il n’y paraît dans son succès à obtenir des aveux. Et puis on se surprend aussi à se dire que certains des arguments de cet homme imbuvable ont aussi leur pertinence. Dès lors, la tension est palpable et il est difficile de ne pas se prendre de passion pour ce débat entre deux champions de leur catégorie. Avec un tie-break au summum du suspense.

Ce spectacle offre une plongée passionnante au cœur d’un univers mal connu pour un duel sous haute tension.

Plus d’infos :

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Les carnets du bien-être

Des idées et des outils pour se détendre et se ressourcer

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :