Cabaret Electrique

6 Mar

cabaret eec

Le spectacle vivant a ceci d’extraordinaire qu’il ne cesse de se réinventer, sur le fond bien sûr, mais aussi sur la forme. Et cet hiver, le cirque électrique réinvente le cirque contemporain, lui-même en plein essor. Donc première invention : un chapiteau avec du chauffage dedans qui permet de ne pas craindre d’y aller en plein mois de février. Deuxième invention : un configuration cabaret (sans le décor certes drôle mais kitchissime que l’on peut trouver dans des salles comme la Nouvelle Eve à Pigalle), avec donc des petites tables permettant de se sustenter ou de boire en observant ce qui se passe. Vous pourrez donc opter pour la version repas complet (auquel cas il vous faudra le préciser lors de la réservation) ou pour la formule club sandwich bière en mode improvisation du moment. Vous avez le choix également de rester à l’eau plate et d’aller ous asseoir sur les gradins en mode traditionnel.

Mais l’estomac rempli ou pas, votre présence en ces lieux se justifie a priori par le souhait de voir des artistes, et donc à 21h extinction des lumières et entrée des circassiens. Avec en mise en bouche hula-hoop et diabolo. En entrée vous est ensuite servi un numéro de charmeuse sur tessons de verre brisés des plus étonnants ainsi qu’un numéro d’équilibriste forçant l’admiration. Le plat de résistance est servi en deux temps avec un étonnant numéro de double « roue de hamster » en couple avec cabrioles et cordes à sauter. Pour se remettre, une sorte de trou normand un peu inutile est proposé (mais la cuvée de calvados change apparemment toutes les semaines) avec présentation d’un artiste en mal de notoriété (et la semaine où j’ai découvert le spectacle, je dirais avec une sévérité que je déplore que je comprendrais sans peine que la personne présentée reste éternellement anonyme). Et puis une nouvelle mise en bouche avant la suite du plat à base de technique de montage d’escalier peu pratique à reproduire dans votre immeuble d’habitation si comme moi vous avez 2 mains gauches et aucun sens de la coordination. Avant d’assister à un extraordinaire numéro de jongleur enflammé. Et naturellement, vous ne serez pas volé sur le dessert haut en couleur mais peu écologique à base de moto aérienne.

Ce menu vous assurera une digestion des plus agréable malgré la sur-sollicitation de vos globes oculaires. Et il est garanti sans prise de poids (sauf abus de bière avant 21h).

Plus d’infos :

Cabaret Electrique, jusqu’au 28 mars 2015, du jeudi au samedi à 21h, repas servi à partir de 20h

Cirque Electrique, Place du Marquis de Vercors, 75020 Paris

http://cirque-electrique.fr/index.php/l-agenda/les-spectacles/79-cabaret-electrique

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :