Archive | mars, 2015

La maison d’à côté

6 Mar

maison cote

La maison d’à côté fait partie de ces pièces qu’il est difficile de raconter sans en dévoiler l’essence tout en ayant envie d’en parler. Difficile donc d’en faire un compte-rendu sans frustrer tous ceux qui le liront. Je suis donc un peu désolée de devoir vous frustrer tous en pratiquant l’art de l’ellipse (ou peut-être ne le suis-je pas réellement finalement).

Nous découvrons donc une femme pour le moins fantasque, interprétée par la très douée Caroline Silhol, qui s’apprête à donner une conférence médicale. Parce que « l’héroïne » est femme médecin (rien à voir avec la série de M6 qui a bercé les pauses déjeuner de nombre d’entre nous en son temps). Avant de se retrouver elle-même dans un cabinet médical pour des analyses. Puis de glisser en deux pas dans son salon en compagnie de son mari. Lire la suite

Cabaret Electrique

6 Mar

cabaret eec

Le spectacle vivant a ceci d’extraordinaire qu’il ne cesse de se réinventer, sur le fond bien sûr, mais aussi sur la forme. Et cet hiver, le cirque électrique réinvente le cirque contemporain, lui-même en plein essor. Donc première invention : un chapiteau avec du chauffage dedans qui permet de ne pas craindre d’y aller en plein mois de février. Deuxième invention : un configuration cabaret (sans le décor certes drôle mais kitchissime que l’on peut trouver dans des salles comme la Nouvelle Eve à Pigalle), avec donc des petites tables permettant de se sustenter ou de boire en observant ce qui se passe. Vous pourrez donc opter pour la version repas complet (auquel cas il vous faudra le préciser lors de la réservation) ou pour la formule club sandwich bière en mode improvisation du moment. Vous avez le choix également de rester à l’eau plate et d’aller ous asseoir sur les gradins en mode traditionnel. Lire la suite

Suresnes Cité danse #Connexions 2

6 Mar

Tous les ans, le programme de Suresnes Cité Danse et tous les ans, je renonce parce que le lieu me paraît éloigné, surtout depuis mon lieu de travail. Et pourtant j’apprécie beaucoup les danses urbaines qui y sont représentées malgré ma totale ignorance des styles qui y sont mêlés pour des créations atypiques et originales. Et puis je trouve toujours le programme alléchant. Et puis cette année, j’ai vu qu’un spectacle que je n’avais pas pu aller voir en décembre, « ce que le jour doit à la nuit » du chorégraphe Hervé Koubi était à l’affiche. Et qu’en plus il y avait une représentation un dimanche après-midi. C’était un signe. Je ne pouvais invoquer aucune excuse. Donc j’ai pris ma place.

En arrivant, je venais donc pour voir ces 12 danseurs venus d’Algérie (et du Burkina Faso pour l’un d’eux), pays où se trouvent les racines du chorégraphe et qui lui a inspiré cette création. 12 hommes vêtus de blanc et qui expriment leur vécu, leur sensibilité, l’âpreté et la douceur de leur vie par la danse. La bande annonce me faisait rêver d’avance. Du coup, je n’avais même pas fait attention au fait que dans #Connexions 2, il y avait justement le chiffre deux. Comme double effet Kiss Cool. Lire la suite

Lisa

5 Mar

comedie-stmichelLISAweb

Récemment, j’ai eu le privilège d’être invitée à découvrir une petite comédie pour bien contrer le blues du dimanche soir, Lisa, qui se joue dans le petit théâtre de la comédie saint-Michel, juste en face de l’immense jardin du Luxembourg. J’ai accepté avec d’autant plus de plaisir que j’aime bien contrer le blues du dimanche soir, les petites salles et passer près du jardin du Luxembourg.

Une fois ce cadre introduit, il est tout de même temps de vous parler de la pièce. Sur une idée très originale donc, ce spectacle donne vie à l’un des plus célèbres tableaux au monde, la Joconde, volé par Francis, un homme de 35 ans dont la vie se résume à un emploi peu qualifié et boire de la bière devant sa télévision. Voyant que son coup d’éclat risque de le mener droit à la case prison et que cette peinture est trop connue pour pouvoir la revendre sans se faire remarquer, il l’installe donc dans son studio. Et voilà que la demoiselle Mona Lisa se met à s’animer et à lui parler. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots