Autour de ma pierre, il ne fera pas nuit

28 Avr

vz-65E4F55B-E28E-4E2A-BE02-4367FB0F2E57

Il est difficile de parler de ce spectacle, parce que c’est un spectacle qui se vit plus qu’il ne se raconte. Du vrai théâtre contemporain qui plaît ou ne plaît pas, mais qui très certainement est clivant. A moi, ça m’a plu, parce que j’ai aimé ressentir les émotions amenées par le texte et la mise en scène. Avoir le sentiment de me fondre dans le regard de Dan entonnant les chansons d’Elvis Presley, ressentir les premières palpitations de son petit frère Ivan amoureux de la jeune et intrépide Laurie, comprendre le désespoir de la fiancée de Dan, s’agacer et s’amuser alternativement des divagations d’un poète dont on se demande ce qu’il fait là, se demander si leur père travesti est profondément désespéré ou totalement sensé…. de phrases tendres en engueulades, je me suis laissée emporter dans cet univers.

Il est difficile de raconter réellement ce qui se joue ici, de ce fait, parce que la pièce traite d’histoires imbriquées les unes dans les autres, celles de personnages tous solitaires et qui s’accrochent aux autres pour tenter d’aller de l’avant. Dan et Ivan pillent les cadavres la nuit pour pouvoir partir se construire une autre vie là où l’herbe est verte, loin de la sinistrose qui les entoure, loin de leur père alcoolique depuis la mort de sa femme, là où ils pourront exister. Et puis une nuit les choses tournent mal et Dan est tué. C’est l’occasion de découvrir, par une mise en scène très cinématographique emplie de flashbacks et d’intermèdes en chansons, qui sont ces personnages et ce qui les meut. Aucun n’est vraiment bon, aucun n’est vraiment mauvais non plus, et c’est là leur force, ils sont des caractères que l’on connaît tous plus ou moins, dans lesquels on retrouve des parts du soi d’hier ou d’aujourd’hui. La naïveté, l’espoir, la dureté, la combativité, les désillusions. Toutes ces choses à la fois si contemporaines et si atemporelles.

Au hasard des mots, des phrases, des gestes, la nuit dure tout au long du spectacle mais sans jamais se faire noire. Et il est difficile de résister à l’envie de fredonner «   Can’t help falling in love with you » avec cette troupe talentueuse, énergique et malicieuse comme une mutuelle déclaration d’une merveilleuse soirée passée ensemble.

Plus d’infos :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :