Quentin, Woody, Steven et moi

1 Mai

url

De Tarantino et Spielberg, il n’est que modérément question dans cette comédie sur un quadragénaire qui refuse de grandir. De Woody Allen beaucoup plus, puisque le même homme, alias Frédo, a rencontré sa femme Clothilde lors d’une projection de Manhatttan au lycée, lorsqu’il n’était encore qu’un ado boutonneux. Et à cette époque-là, sa passion et son enthousiasme de rat de cinémathèque étaient séduisants. Naturellement, sa vocation était toute trouvée : tenir un vidéo-club.

Mais louer uniquement des VHS en 2015 ne constitue pas une preuve de maturité et on retrouve donc notre anti-héros en train de fermer boutique. Et un malheur n’arrivant jamais seul, sa femme lui annonce qu’elle part. Après plus de 15 ans de patience, la vie avec deux enfants, son mari et leur fille ado lui est devenue intenable. Vivant toujours dans ses rêves, Frédéric rejouera la rétrospective de leur histoire à grands renforts de références pour cinéphiles (avec l’excellent travail vidéo e la metteur en scène Emilie Broust), s’entretenant fictivement avec son mentor Woody.

Au-delà du plaisir que l’on a à revivre les émois de la découverte des grands classiques de notre enfance / adolescence, et la genèse des histoires d’amours maladroites de l’époque des appareils dentaires, cette pièce de Nicolas Maury montre sur le mode comique les ravages de l’adulescence (oui je sais, ce terme est déjà désuet, comprenne qui voudra). Avec un Jean-Baptiste Quinchard parfaitement crédible dans ce rôle d’ado attardé qu’on a envie de secouer pour lui ouvrir les yeux (en espérant que ce n’est pas une seconde nature du comédien) et une Julie Rattez pétillante qui insuffle toute son énergie et sa sensibilité au spectacle. Et contrairement aux happy ends des films, une fin réaliste qui fait aimer encore une fois le théâtre.

Plus d’infos :

Quentin, Woody, Steven et moi, du 4 au 26 juillet 2015 à Avignon

https://fr-fr.facebook.com/quentinwoodystevenetmoi

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Les carnets du bien-être

Des idées et des outils pour se détendre et se ressourcer

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :