A propos de la joie

13 Mar

Allemagne 24-27 Août 2015 Frankfurt (1393)

Dans le climat de morosité actuel, avec les difficultés que chacun peut avoir, auxquels il faut ajouter le pessimisme des médias, les soucis que peuvent avoir nos proches, et puis bien sûr l’horreur de toutes ces guerres qui sévissent près de nous, il est difficile parfois de sourire encore.

Après cette introduction, bien évidemment, j’ai conscience qu’il va falloir sortir les rames pour vous donner cette envie de sourire, ou même de continuer à me lire. Je suis très très mauvaise en barque et en kayak, aussi continuerai-je à me servir des mots, pour tenter de parler de la joie. Parce que je suis convaincue que nous avons tous le pouvoir de la trouver en nous et en les autres, ou plutôt avec les autres. La joie, à mon sens, c’est l’énergie moteur qui fait que l’on garde son instinct de vie dans toutes les circonstances. Cette flamme qui donne envie de s’accrocher quoi qu’il nous en coûte parfois. Pour tous ces petits moments d’une rare intensité que l’on ne voudrait rater pour rien au monde.

La joie, à mon sens, c’est un apprentissage et un choix en même temps. Un apprentissage parce qu’il faut identifier, ce qui, au quotidien, nous apporte cette joie. Un sourire volé, le fait de siroter son café au soleil, les petites phrases agréables, et puis des sources de joies plus fondamentales dans les relations que nous bâtissons, et dans cette force incroyable qui peut se dégager de l’amour que l’on a pour les autres ou que les autres ont pour nous, quel que soit le degré ou la nature de cet amour. La joie se trouve aussi dans ce que nous arrivons à créer ou à réaliser, dans la capacité à repousser nos limites pour cette réalisation, et dans la fierté de ce que l’on a alors accompli.

Avant tout, la joie est une chose grande tout autant qu’elle est une chose simple. Parce que qu’elle provient de sources qui nous sont essentielles. Et que l’essentiel est aussi simple qu’une respiration ou qu’un battement de cœur.Tout aussi naturel aussi (dès lors, m’objecterez-vous que l’on n’est pas coincé à 20m sous terre sans oxygène, et je vous le concèderai). On peut mettre longtemps à trouver cette joie. Et peu de temps à se laisser rattraper par ce qui la rétrécit. Mais lorsqu’elle s’est installée, elle reste là, prête à se ranimer à tout moment. Il « suffit » de l’appeler, en criant assez fort pour qu’elle entende. Et elle vient toujours. Elle n’efface pas la peine, parce que celle-ci est une émotion normale, et souhaitable, mais elle la rend plus légère, nous apprenant que quels que soient les bas par lesquels nous passons, il existe en nous cet élan qui nous aidera à nager en eaux troubles, ce petit plus qui pourra changer le destin. Et qu’il suffit d’une miette de cette joie pour se sentir nourri.

Publicités

3 Réponses to “A propos de la joie”

  1. samatha03370 15 mars 2016 à 00:12 #

    Voilà un billet très vivifiant et bien loin de la morosité ambiante, exactement ce que nous avons tous besoin de lire ! Merci 🙂

  2. lazarioatlan@aol.com 14 mars 2016 à 06:37 #

    Exactement ce que j’avais besoin de lire ce matin

    Laurence Azario-Atlan

    >

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :