Un macchabée dans la baignoire

22 Mar

affiche-compressee

 

Il y a quelques temps, j’étais allée voir la fabuleuse pièce Blondie et Brunette au Proscénium co-écrite par Leah Marciano et interprétée entre autres par Thibaut Marchand. Eh bien, j’ai récidivé en allant voir « un macchabée dans la baignoire », toujours au Proscénium, cette fois-ci écrite par Thibaut Marchand et mise en scène par Leah Marciano. Je pense qu’ils devaient être tous les deux fans des jeux de chaises musicales dans leur prime jeunesse, l’explication est certainement là. Et ils ont eu raison de continuer avec le jeu de chaises théâtral.

Changement de style toutefois, puisque de l’histoire d’amitié, l’on passe à celle, comme le titre de la pièce l’indique, d’un cadavre à dissimuler. Max, artiste contemporain raté à ses heures perdues (et ses œuvres valent le détour), enfin remis de sa rupture et se préparant pour un premier rendez-vous galant avec Nora, une charmante demoiselle récemment rencontrée, voit son ex débarquer chez lui avec un homme ensanglanté et décédé qu’elle vient d’écraser avec une voiture volée.

L’ex est bientôt suivie par son frère (celui de Max), furieux de voir l’enquiquineuse de retour et ne comprenant pas qu’il ne s’agit pas d’une réconciliation mais du début d’une soirée cataclysmique. D’autant plus que la jeune femme venant d’arriver est inspecteur de de police et se voit naturellement mobilisée sur l’affaire.

Comme vous pouvez le deviner, les complications se succèdent et s’additionnent, impliquant au passage la gardienne de l’immeuble réquisitionnée pour jouer la mère de Max, moyennant un substantiel pourboire de milieu d’année. Et au milieu de ces allées et venues va en plus se révéler le caractère bipolaire de la flic pince sans rire (excellente prestation de Sophie le Cam) qui ne va pas arranger, loin de là, la situation de nos protagonistes. Le tout pour le plus grand plaisir du public qui oscille entre rires et grincements de dents, jusqu’à la scène finale de ce spectacle totalement déjanté, qui hélas arrive bien trop vite.

Plus d’infos :

Publicités

Une Réponse to “Un macchabée dans la baignoire”

  1. Cat 23 mars 2016 à 09:17 #

    Terrible le titre. Ca fait penser à une pièce du genre grand-guignol… Belle journée…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :