Les relations, le soleil et les fruits

10 Avr

Rz_1a

Cela faisait longtemps que je n’avais pas parlé de relations, même si la vie vaut essentiellement par celles que l’on a avec les autres. Et surtout avec les autres qui nous veulent du bien. Parce que vivre ces relations est un apprentissage permanent dont on n’a pas toujours envie de parler ou que l’on n’a pas toujours les mots pour décrire. Parce que j’ai eu aussi affronter la laideur des contacts avec certaines personnes qui n’étaient pas tellement orientées vers la bienveillance et l’altruisme. Et puis enfin parce que l’avantage d’un blog, c’est d’écrire sur ce qu’on veut quand on veut. Et aujourd’hui, j’ai envie de parler des liens aux autres. La suite dira si vous aviez ou non envie de lire quelques phrases sur ce sujet.

Longtemps, j’ai pensé qu’il fallait correspondre aux attentes des autres pour qu’ils m’apprécient. Cela n’est certes pas entièrement faux. Mais c’est aussi totalement stupide. D’abord parce que les attentes des autres peuvent différer de ce que l’on en perçoit. Ensuite parce que ces attentes ne sont pas immuables, et que certains autres sont très versatiles et donc potentiellement sources d’épuisement dès lors qu’il faut leur plaire. Et puis, parmi sans doute encore une longue liste de raisons, parce que se conformer à cette exigence se fait souvent au détriment de ce qui nous plaît à nous-même.

Or, ce qui nous plaît à nous-même est souvent ce qui nous permet de devenir des personnes meilleures selon nos propres critères. Et plus plaisantes d’une façon générale. Même si ce n’est pas aux yeux de ceux dont l’on recherchait l’admiration initialement. Pire encore, il y a hélas des personnes qui, profitant de notre (trop) bonne disposition à leur égard, finissent par nous éteindre en ne laissant pas nos qualités et désirs s’exprimer. Ces personnes peuvent nous nuire volontairement ou pas, mais les relations que nous avons avec elles ne valent pas l’énergie que nous y mettons. Il faut parfois du temps pour le comprendre et pour y renoncer. Avec quelques inévitables rechutes. Mais une fois cette compréhension et ce renoncement actés, l’on entre dans une phase réellement réjouissante.

Cette phase, c’est celle où être avec les autres nous rend pleinement heureux. Parce que ces autres ont su voir nos richesses comme nous savons voir les autres. Cela n’empêche pas de faire des efforts pour eux et inversement. Simplement, ces efforts sont portés par l’affection que nous avons à leur égard et n’entraînent pas un changement de qui nous sommes. C’est la joie qui nous porte alors. Celle de lire le bonheur sur leur visage à nous voir leur donner une part choisie de nous-mêmes. De façon non surprenante, cet état d’esprit amène à des relations plus nombreuses, plus fructueuses et plus agréables. A l’image d’un arbre désormais planté sur une terre fertile et bien exposée au soleil. Ne nous y trompons pas, l’arbre peut mettre du temps à pousser, mais il sera beau et robuste, et ses fruits juteux et rassasiants.

J’ai l’immense chance pour ma part d’être entourée de personnes dont j’espère (et crois tout de même un minimum, cessons la fausse modestie) mériter l’amitié / l’amour. Chaque jour, je me réjouis de leur existence et de leur présence. Ces personnes sont belles parce qu’elles sont elles-mêmes, et pour cette même raison, elles m’aident à devenir moi-même une personne fière de ce qu’elle devient. Ensemble, nous croquons dans la vie, et je suis aux anges de les avoir comme soleil. Si elles me lisent, j’espère qu’elles se reconnaissent.

Publicités

3 Réponses to “Les relations, le soleil et les fruits”

  1. Mobivince 24 décembre 2016 à 12:16 #

    Soyez vous-même, les autres places sont déjà prises. On ne peut jouer éternellement la comédie, il faut savoir trouver son style, vivrrr en fonction de ses inclinaisons. Et peu à peu, on se retrouve entouré de personnes partageant les mêmes valeurs.

  2. JCM (@jchmfly) 11 avril 2016 à 09:31 #

    Être bien entouré, est certainement que qui a le plus de valeur dans une vie, et cet entourage peut prendre bien des formes.
    je te souhaite de l’être beaucoup et longtemps.

  3. verobeno 10 avril 2016 à 21:24 #

    rencontrer, côtoyer, respecter, une personne différente, un être dont les attentes ne sont pas forcément les nôtres mais nous permettront de nous enrichir, de nous ouvrir, de s’épanouir et peut-être de nous ouvrir des horizons différents, n’est ce pas là la vraie richesse ? la vraie estime des autres, et donc de soi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :