Les banquiers

24 Mai

A2_OFF_2016.indd

Habituellement, entre scandales à répétition et dégraissages massifs des conseillers de clientèle, la banque n’a pas tendance à faire beaucoup rire. Encore moins lorsque l’on évoque la Suisse, paradis en voie progressive d’extinction au profit d’autres contrées ayant des noms de chapeaux et aimant le papier. Enfin, cela, c’est habituellement. Parce que lorsque l’on réunit un écrivain prolixe (Nicolas Haut) et un ex-banquier apparemment repenti (Matthias-Leonhard Lang) venus d’Hélvétie, que l’on y ajoute un comédien ayant suivi une grande partie de sa formation à Genève (Derek Robin), cela donne un cocktail qui, loin du tragique, déchaîne les zygomatiques.

Il faut beaucoup d’inventivité pour amuser un public en parlant de SICAV, de livret A, de cours de bourses et autres réjouissances du monde de la finance, ce trio en a plus encore. Nous plongeant en pleine thérapie d’un banquier qui, s’étant découvert une conscience, a perdu tous ses réflexes lui permettant précédemment de duper et flouer ses clients à l’envi. Nous initiant avec un Grand maître bouddhiste aux proverbes de sagesses permettant de faire grimper ses commissions sans enrichir les détenteurs de patrimoines. Nous faisant partager la relation idyllique ou presque du banquier avec le charmant SB, dit aussi secret bancaire. Entre autres découvertes bien sûr, car point trop ne faut en dévoiler, pour préserver le charme et la fraîcheur de ce spectacle mené tambour battant et euros trébuchants.

Et sous couvert d’humour, ces deux comédiens en costumes trois pièces nous en apprennent un rayon sur les mécanismes mis en place par les banques pour vous faire succomber de force ou de gré avec si possible de très faibles taux d’intérêt pour vous (et je ne parle pas de ceux de vos emprunts bien évidemment). Ce sens de la dérision nous fait malgré tout paraître cette profession moins antipathique que l’image qu’en donnent à loisir leurs nombreux détracteurs. Sans naïveté et avec quelques analyses de fond loin d’être inintéressantes.

Que vous rêviez d’embrasser la profession de grand argentier ou que vous envisagiez simplement d’ouvrir un compte épargne-logement, tant que vous aimer apprendre et vous amuser, cette pièce est incontestablement pour vous.

Plus d’infos :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :