Meilleurs vœux

27 Mai

 

 

14561371656610_photo_hd_25053

 

Imaginez que vous soyez en route pour une soirée déguisée le 31 décembre avec le plus beau déguisement que vous ayez jamais porté (lequel justifierait à lui seul d’aller voir cette pièce si elle ne valait pas déjà le détour) et qu’un homme que vous ne connaissez pas vous laisse un message sur votre répondeur pour vous annoncer qu’il vous aime et qu’à minuit, il se suicidera. C’est ce qui arrive à Sandrine, une jeune trentenaire plein de vie, qui, face à ces mots qui ne s’adressent pas à elle, se met en tête de passer prévenir l’homme en question qu’elle n’est a priori pas la personne qu’il cherchait à joindre avant de filer rejoindre ses amis pour une soirée très prometteuse.

 

Évidemment, comme l’on peut s’en douter, elle restera chez ce mystérieux inconnu un peu plus que deux minutes, faute de quoi l’intrigue serait tuée dans l’oeuf. Et évidemment également, Antoine n’a pas fait d’erreur de numéro en appelant Sandrine. Seulement, la raison qui l’a amené à s’éprendre de la jeune femme n’est pas intuitive et ne manque pas d’originalité. Pas plus que cet homme lui-même, sorte de loser somme toute attachant mais pas entièrement rassurant.

 

Au fur et à mesure que l’on en découvre davantage sur ces deux personnages qui communiquent face à face pour la première fois, on se rend compte finalement que chacun des deux porte ses déséquilibres et que celui qui pensait naïvement arriver à mener le jeu va vite se faire dépasser par les changements de règles.

 

Tour à tour au long de cette pièce, on rit grâce au charme et à l’énergie débordante de Laetitia Vercken qui réalise une performance étonnante et face au caractère doux-dingue d’un homme qui n’aime pas sa vie et veut y couper court joliment interprété par François Raison (attention, les comédiens étant en alternance, vous pouvez avoir un casting totalement différent si vous y allez). Le texte et ses rebondissements sont vraiment bien trouvés, et les astuces de décors et d’accessoires renforcent le côté bien vivant de cette soirée de réveillon à déguster avec bonheur en ce mois de mai.

Plus d’infos :

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :