Barthelemy (Saurel) en concert

22 Juil

comp

 

L’été théâtral parisien est, il faut le dire, un peu morne, les comédiens préférant logiquement aller retrouver les Parisiens sur leurs lieux de vacances, là où il y a du soleil et des festivals, et en premier lieu à Avignon (mais pas que). Sortant de l’hyperchoix habituel donc, le spectateur assidu est invité à élargir ses horizons pour découvrir les courageux artistes qui ont sciemment choisi de vivre la canicule à Paris-plage plutôt qu’en bordure d’océan. C’est ainsi que cette semaine, j’ai pu découvrir Barthelemy (Saurel), un chanteur qui se dit « de race inférieure, c’est dans mes gènes qu’il y a pas beaucoup de spectateurs ».

En effet, il n’y avait pas beaucoup de spectateurs dans le Théâtre de la Petite Loge, qui se revendique la petite salle de Paris avec ses 15 places. La salle bénéficiait toutefois d’un énorme taux de remplissage puisque nous y étions 8 personnes. Il est rare d’avoir le privilège d’être aussi proche d’un artiste, même si évidemment après l’avoir entendu, je lui souhaite de tout cœur de pouvoir un jour jouer devant une assemblée un peu plus nombreuse, voire à l’Olympia, rêvons en grand. En tout cas, la configuration donnait réellement l’impression d’être en famille, d’autant plus que ses charmants neveux étaient venus l’écouter et connaissaient visiblement déjà bien les paroles.

Durant 1h15, Barthelemy nous a donc emmenés dans son univers, avec des chansons tantôt tendres, tantôt un peu cyniques mais restant légères, tantôt tristes, tantôt politiques, tantôt sentimentales…. Et c’est la variété de ce répertoire qui est sa richesse, cette capacité de parler de l’âme du quartier de la Croix de Chavaux, des religions, de la démocratie, de la « s***** » qui a largué son ami, de ses souvenirs d’enfance,  avec un œil toujours critique mais aussi toujours très humain. Et finalement, c’est cette humanité qui fait que l’on est touchés par les paroles et par le sens de l’accueil de cet-écrivain-guitariste- interprète. Et que l’on prend plaisir à chantonner quelques refrains avec lui et à re-chantonner ensuite toute la semaine.

Plus d’infos :

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :