Scènes ordinaires de nos vies débiles

11 Sep

grd_718


Souvent, le théâtre a vocation à nous emmener dans un univers lointain pour nous faire oublier le quotidien. Les deux auteurs de « Scènes ordinaires de nos vies débiles », David Friszman et Nicolas Maury ont fait un choix exactement inverse : nous emmener dans un univers quotidien pour le rendre lointain.

De prime abord, on pourrait donc croire que le spectacle risque de manquer de piment. Quoi de plus banal, en effet, que de voir des sketches, même écrits avec humour, sur l’achat d’une baguette de pain ou d’assister, façon inception, à une répétition de théâtre au milieu d’un spectacle de théâtre.

Cet a priori fait l’impasse sur le pouvoir, que dis-je, le génie de l’absurde qui est le trait commun de toutes ces scènes du quotidien réinventées. Sans trop en dévoiler le contenu au risque d’en tuer la saveur, on y voit ainsi un employé de bureau sommé de réduire de 20 % son temps de pause WC, une injonction du metteur en scène au comédien en répétition de traduire une émotion en total antagonisme avec son texte qu’il ne semble pas avoir lu ni compris, un boulanger qui se met à fonctionner comme un serveur vocal et encore bien d’autres surprises…

C’est un véritable régal que de rentrer dans ce spectacle dénonçant avec justesse les grandes aberrations et petites dérives de nos vies ordinaires, et la difficulté de rester candide ou serein dans ces vies qui vont trop vite mais qui peinent à aller quelque part. Un joli divertissement porté par deux sympathiques comédiens, David Friszman (encore lui) et Jean-Lou de Tapia.

Plus d’infos :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :