Goguettes en trio (mais à quatre)

12 Sep

grd_671


J’ai découvert les goguettes en trio mais à quatre grâce à leur petit flyer l’an dernier au Théâtre Essaïon où ils étaient déjà programmés. J’ai été intriguée par ce nom et par le principe de faire des chansons d’humour sur l’actualité. Je me suis donc rendue sur une célèbre plateforme de vidéos et ai bravé pour la 453ème fois leur pénible publicité pour un test d’ovulation que je suis désormais capable de réciter entièrement par cœur, bruitages compris (parce qu’il semblerait que les femmes de mon âge ont besoin qu’on leur rappelle plus de 453 fois qu’elles ovulent et qu’il faudrait s’occuper de repeupler la France histoire qu’il y ait encore des gens pour remplir les caisses vides des régimes de retraite complémentaires dans 20 ans) pour découvrir Aurélien Merle, Stan, Valentin Vander et Clémence Monnier (oui, ce groupe est à peine plus mixte qu’un conseil d’administration mais on leur pardonne, ils sont drôles eux au moins). Naturellement j’ai adoré.

J’ai aussi découvert le principe de la goguette, qui nous est heureusement réexpliqué par ces sympathiques trublions : on prend un air connu, on enlève les paroles, on remet d’autres paroles, et on la chante. Les autres paroles étant, si vous avez bien suivi, inspirées par l’actualité, et principalement par l’actualité politique. Et pour le plus grand plaisir des zygomatiques du public, ils aiment accentuer le trait, qu’ils fassent faire son coming out de non appartenance à la gauche à François Hollande, présentent Henri Guaino comme « le Bruce Willis politique du lendemain » ou s’amusent des travers des accros au bio ou des provocations. On leur pardonne même quand ils vont trop loin, parce qu’ils savent toujours être percutants et ont davantage d’humour que tous les politiques réunis n’ont d’idées pour redresser la France.

Ayant raté leur passage pré-estival, je me suis donc précipitée à l’Essaïon pour leur reprise samedi soir. Evidemment, étant déjà accro, je connaissais déjà certaines goguettes, que j’ai eu une grande joie à réentendre et que j’ai trouvé encore plus drôles avec la mise en scène et l’excellente ambiance dans le public. Mais l’actualité de l’été étant riche et ce trio-quatuor prolixe, j’ai également eu le plaisir de la nouveauté avec plein d’airs et de textes nouveaux sur Mélenchon, le burkini et autres sujets brûlants.

En résumé, j’étais déjà conquise avant de venir, je suis désormais prête à adhérer au fan-club.

Plus d’infos :

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Les carnets du bien-être

Des idées et des outils pour se détendre et se ressourcer

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :