Archive | octobre, 2016

La peur

30 Oct

 

theatremichel-lapeur-affiche-def-200x300

La peur est l’adaptation théâtrale d’un roman de Stefan Zweig, publiée pour la première fois en 1910 (alors que l’illustre écrivain a 29 ans) et figurant dans un recueil de nouvelles publié en 1925. Il raconte l’histoire d’Irène, femme adultère qui se retrouve soumise au chantage de la femme de son amant. Elodie Menant, ayant réalisé l’adaptation et la mise en scène, a choisi de transposer l’action dans les années 1950, dans un joli décor fait de structures sur roulettes permettant de reconfigurer l’espace des appartements facilement et d’installer l’ambiance de huis clos qui se construit peu à peu. Les costumes sont superbes, surtout ceux d’Irène, qui a d’ailleurs le stylisme pour activité. Lire la suite

Les primaires… des primates

30 Oct

vz-19692a53-3518-4272-9d95-c823e24388b2

Alors que la campagne pour la prochaine élection présidentielle bat son plein et semble proche d’atteindre le record du nombre d’aspirants candidats, les chansonniers du Théâtres des 2 Ânes, eux, cohabitent toujours pacifiquement avec les autres humoristes politiques, perpétrant ainsi une tradition vieille de plus d’un siècle. La salle des 2 Ânes en elle-même a connu ses débuts en tant que cabaret en 1910 puis a changé plusieurs fois d’affectation et de propriétaires avant de devenir en 1922 le théâtre qu’elle est encore actuellement.

Traditionnellement, il faut savoir que s’y produisent davantage des humoristes que l’on pourrait qualifier de « seniors et de droite », là où les humoristes dits « en devenir et de gauche » ont davantage tendance à se produire au Caveau de la République. Mais à l’instar de ce qui se produit sur la (vraie) scène politique, les frontières ont tendance à se flouter un peu, et le ridicule étant légion dans tous les partis, les chansonniers, quelles que soient leurs sympathies partisanes, tirent avec bonheur sur tous nos aspirants et aspirants gouvernants, mettant fin ainsi à des décennies de discrimination. Lire la suite

Quelques réflexions sur le statut de blogueuse invitée

17 Oct

folies-bergere-31

En rédigeant ma dernière chronique théâtrale, j’ai commencé à aborder la question à la fois riche et épineuse du rapport que les blogueurs tels que moi peuvent avoir face aux invitations. J’ai eu envie d’approfondir ce sujet, parce qu’il a pour moi son importance. J’ai en effet la chance que ce blog ait acquis auprès d’un certain nombre de professionnels du théâtre une certaine reconnaissance. Et qu’avec cette reconnaissance viennent des invitations, le plus souvent de la part des attachés de presse, mais aussi parfois de la part des troupes ou de l’auteur ou du metteur en scène, ou de l’un des comédiens. Je suis toujours honorée de cette distinction, parce que c’en est une. Et j’espère ne jamais être blasée ou prendre qui que ce soit de haut, ou que si cela m’arrive, les gens qui me connaissent bien me feront redescendre sur terre. Je dis cela en préambule pour bien insister sur le fait que même si je peux parfois être gênée ou agacée, je suis flattée que l’on pense à moi. J’ai toujours mis du cœur dans mon blog, depuis sa création, et le fait que cela soit ressenti et plaise, et me permette également de nombreuses découvertes que je n’aurais sans doute pas faites sans ces invitations est une récompense très appréciable. D’autant plus que j’ignorais tout de ce type d’avantages lorsque j’ai eu l’inconscience de créer le blog, et qu’il s’est d’ailleurs écoulé beaucoup de temps avant que cette micro-renommée ne me donne l’accès à ces conditions VIP lors de certaines de mes sorties théâtrales.

Passé ce préambule, il me faut cependant émettre des réserves sur mon rapport au système des invitations. Rapport qui m’est personnel, chaque blogueur ou blogueuse ayant le sien. D’abord, bien évidemment, et tout ceci est bien naturel, ces invitations ne sont pas de simples invitations, mais une forme « d’échange-marchandise » pour parler en des termes affreux de business. Il est logique que des professionnels ne distribuent pas des sésames à l’aveugle, mais espèrent que cela leur permettra de bénéficier d’une publicité, si possible positive. Lorsque j’accepte une proposition, je suis pleinement consciente de cette dimension gagnant-gagnant et j’en accepte le principe. Mais cela ne va pas sans poser quelques questions à gérer : Lire la suite

Mariage et châtiment

14 Oct

affiche_mariage_et_chatiment_avec_partenaires

 

Avant de parler de ce spectacle, et ainsi que j’en ai l’habitude, je passerai par une petite diatribe qui n’a pas trait à cette comédie que je recommande chaleureusement (je commence par cette recommandation pour que les lecteurs pressés puissent s’économiser du temps et donc de l’argent qui pourra plutôt leur servir à s’offrir un billet de théâtre ; il est possible aussi de vous rendre directement au paragraphe 3). Il m’arrive régulièrement, j’en ai déjà fait part ici ou sur les réseaux sociaux, d’avoir la chance, parce que visiblement le ton sur lequel je parle des spectacles plaît, d’être contactée par des troupes, des productions ou des agences de presse, qui me proposent de m’inviter à voir des spectacles, évidemment, et cela est normal, dans l’espoir d’élargir la couverture de leur communication. J’avoue ne pas toujours être à l’aise avec ce système pour différentes raisons bien que je continue à en profiter (avec une certaine prudence), mais j’en ferai sans doute un article à part un de ces jours, et mon propos dans cette longue introduction n’est pas d’évaluer l’écosystème des relations presse liées au monde théâtral. Lire la suite

Barber Shop Quartet Opus 3

12 Oct

bsq-opus-3

Amis lecteurs spectaclophiles mélomanes, je vous emmène une fois de plus dans mes pérégrinations improbables pour vous faire découvrir ou redécouvrir un style d’harmonie tombé malheureusement en désuétude mais qui compte encore quelques représentant : le barbershop. Encore une fois, je me suis contentée des explications contenues dans la première page apparue en tapant barbershop dans un très célèbre moteur de recherche pour découvrir qu’il s’agit d’un style a cappella d’origine afro-américaine, proche du jazz, ayant connu son heure de gloire entre 1910 et 1930 dans les échoppes des barbiers. Lire la suite

Alex Vizorek est une œuvre d’art

11 Oct

alex-vizorek-est-une-oeuvre-d-art-big

 

En tant que non auditrice de radio en général et de France Inter en particulier, station où il officie apparemment depuis 2012 (ce qui confirme bien ma totale ignorance), je n’avais jamais entendu parler d’Alex Vizorek il y a encore un mois. En revanche, j’ai toujours beaucoup apprécié le théâtre la pépinière et ses choix de programmation à la fois variés et de grande qualité. Aussi ai-je voulu en savoir sur ce jeune homme et son seul en scène original portant sur le monde de l’art mais apparemment sans être réservé aux puristes de la sélection de Télérama. Lire la suite

Cirque Le Roux – The Elephant in the Room

11 Oct

affiche-def-201x300

Très loin des chapiteaux de nos enfances, le cirque contemporain a pris ces lettres de noblesse ces dernières années avec des compagnies souvent très inventives, certaines connues, d’autres moins, mais ayant toutes su construire un univers qui n’appartient qu’à elles. Ayant eux aussi fait leurs armes dans ces célèbres compagnies mais aussi au cabaret, Lolita Costet, Grégory Arsenal, Philip Rosenberg et Yannick Thomas ont décidé en 2014 de créer leur propre formation en France. Et d’inventer à leur tour leur univers.

Ils ont ainsi fait le choix audacieux de mêler les deux univers du cabaret et du cirque dans un décor très étonnant et inventif de film de cinéma des années 1930-1940, effets vidéo à l’appui. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots