Le mariage forcé de George Dandin

18 Déc

le-mariage-force-de-george-dandin-cine-13-theatre

Georges Dandin n’est pas la plus connue des pièces de Molière. Et pourtant, elle mérite amplement l’attention que lui ont portée Mathias Fortune Droulers et Ivan Herbez, qui ont réalisé l’adaptation et la mise en scène de ce texte, tout en étant également présents sur le plateau. Et ils ont eu la brillante idée de transposer l’histoire de ce bourgeois parvenu épousant une jeune aristocrate dont les parents se retrouvent dans le sou dans l’ouest américain à la suite du krach de 1929.

Ce cadre donne une ambiance décalée et permettant de faire vivre des personnages rocambolesques, tantôt proches des héros de Zola, tantôt plus proches des personnages de Lucky Luke. Benjamin Duc y interprète donc cet homme éperdument amoureux de sa belle, mais qui se rend très vite compte que celle-ci prête plus d’attention à un autre. Cherchant par tous les moyens à obtenir de ses beaux-parents qu’ils reconnaissent les faits et l’autorisent à divorcer de leur fille, il sera hélas le dindon de la farce, victime de la bêtise et de la cruauté de ces derniers et de la ruse de sa belle. Son interprétation n’est pas sans rappeler la candeur bonhomme de Charlie Chaplin, de même que sa souplesse lors des petites séquences chorégraphiées dont le spectacle est ponctué.

Léa Dauvergne, sous une apparence un peu froide au départ, trouve progressivement sa place dans ce rôle de manipulatrice cruelle, arrivant toujours à se tirer des mauvais pas où elle court elle-même se placer et des habiles stratagèmes de son mari pour la confondre. Les autres comédiens, Matthias Fortune Droulers, Ivan Herbez, Anne-Sophie Liban, Bertrand Mounier, alternent pour leur part les seconds rôles, passant avec brio d’un costume et d’un personnage à l’autre.

L’engagement de cette jeune troupe, leur dynamisme et leur inventivité permettent de profiter pleinement de cette soirée au far west, toujours confortablement installés dans les irremplaçables fauteuils du Ciné 13 Théâtre

Plus d’infos :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :