Archive | janvier, 2017

Dormez je le veux

26 Jan

14670809_1131228530294964_7628883907530781670_n

Rien de tel qu’un petit théâtre du dimanche soir pour bien terminer le week-end et échapper aux pensées sombres, ou même aux pensées tout court, sur la reprise du lundi matin. Surtout lorsqu’il s’agit d’une comédie de Feydeau, déjà un peu loufoque à l’origine eu égard à son auteur, rendue complètement déjantée par une troupe de joyeux drilles tout aussi soucieux (parce que oui, être un trublion est une affaire sérieuse) de s’amuser eux-mêmes que de distraire le public. Lire la suite

Publicités

Folle Amanda

25 Jan

folle-amanda-michele-bernier-slide1

TF1 a décidé en ce mois de janvier de ressusciter le célèbre programme « Au Théâtre Ce Soir », que l’on ne présente pas au plus de 40 ans, et qui paraîtra sans doute ringard aux moins de 30 ans, mais qui a permis 20 ans durant, de 1966 à 1986, aux téléspectateurs de toute la France de découvrir 2 à 4 pièces par an, avec souvent des acteurs assez incroyables, la plus souvent citée lorsque l’on parle du programme étant été Jacqueline Maillan. Mais de nombreux autres y ont fait leurs armes, parmi lesquels on peut citer Micheline Dax, Jean Poiret, Suzy Delair, Robert Lamoureux, et j’en passe (ou plutôt je vous fais grâce d’une longue et laborieuse liste plus étoffée que celle des discours de remerciements aux Césars)). Pour cette séance inaugurale, le choix s’est porté sur Folle Amanda, une pièce écrite par messieurs Barillet et Grédy et portée à la scène initialement en 1974 (tout cela ne nous rajeunit pas, ou plutôt ne vous rajeunit pas car en tant que jeune de moins de 40 ans, je n’existais pas encore).

Dans cette pièce qui a donc logiquement pour cadre les années 70 (je parle bien de 1970), Amanda, de son vrai prénom Josette, est une ancienne vedette de music-hall, qui, aimant profiter des plaisirs de la vie dès qu’elle a de l’argent sur son compte, vit des fins de mois difficiles, l’amenant progressivement à se séparer de quelques biens de valeurs pour satisfaire son appétit de vie. La chance de remonter sur scène va se présenter pour elle grâce au dévouement de son parolier-compositeur, comptant parmi la cour de ses quelques admirateurs. Mais d’autres prétendants et un ancien amant vont également alimenter le tourbillon de sa vie mouvementée. Lire la suite

Quelques réflexions sur l’amour

22 Jan
51

Crédits : photo-libre.fr

J’ai longuement hésité avant d’écrire ce billet sur l’amour (amoureux, précisions tout de suite le sujet). Parce que je ne connais de l’amour que ce que j’ai pu en ressentir et parce que ce que je ressens n’est pas forcément dicible. Par besoin évident de pudeur évidemment, mais aussi parce que les mots, si bien choisis soient-ils – et je ne prétends pas savoir bien les choisir – ne sauront jamais retranscrire avec exactitude toute la beauté et la complexité de ce que l’on peut vivre dans une relation à un autre à la fois si étranger et si proche.

Vous noterez à la lecture de ce premier paragraphe que mes réflexions initiales commencent par plein de parce que, et par aucun pourquoi ou comment. Il me semble que c’est là que figure le mystère de l’amour que l’on peut porter à un autre que l’on a choisi. Dans ce pourquoi auquel on n’aura jamais entièrement la réponse. Auquel on peut répondre tous ces parce que qui émergeaient dans mes premières phrases : parce que j’étais disponible pour cette rencontre, parce que l’autre est captivant / beau / qu’il a ce petit quelque chose de pétillant, parce que – même si ce n’est pas glorieux – j’étais seul(e), parce que nous avons des points communs, parce que nos projets de vie se rejoignent… Autant d’explications qui contiennent toutes une part de vérité sans qu’aucune ne soit complète. Lire la suite

Peau neuve – Lili Cros et Thierry Chazelle

20 Jan

 

lili-cros-thierry-chazelle-visu-e1452770634451

 

J’ai cherché dix façons de commencer à parler de Lili Cros et Thierry Chazelle, et je n’en ai malheureusement trouvé aucune autre que « j’ai cherché dix façons de commencer à parler de Lili Cros et Thierry Chazelle ». Ce qui, j’en conviens est fort peu satisfaisant, et encore moins percutant ou de nature à informer ceux qui liront ce billet sur qui ils sont et ce qu’ils font.

J’en viens donc rapidement aux faits. D’abord, qui ils sont : deux musiciens qui ont uni leur cœur et leur vie avant de réunir leurs textes, leurs instruments et leurs voix sur les scènes de France (et peut-être d’ailleurs). Ce qu’ils font : à peu près ce qui est dit dans la phrase précédente, ils réunissent leurs textes, leurs instruments et leurs voix pour offrir au public des scènes sur laquelle ils se produisent leur passion pour la musique, avec la générosité qui caractérise un couple qui s’aime et qui semble aussi aimer les autres. Lire la suite

Parlons d’autre chose

16 Jan

visuel-vierge-parlons-dautre-chose-72

 

En préambule, je dois vous prévenir que ce billet va bien parler du spectacle sus-cité. Et aussi, puisque le titre s’y prête, d’autre chose. Mais en lien avec ce que j’ai pu voir en me rendant au théâtre du Funambule Montmartre. Je commencerai donc par une première digression sur la salle elle-même, puisque ce petit théâtre du quartier de Montmartre (comme son nom l’indique) s’est refait une beauté, et même une opération de chirurgie esthétique. Il bénéficie désormais de jolis fauteuils tous neufs, de gradins, et d’une scène toute neuve dont l’orientation a été inversée par rapport à la précédente configuration.

Bien installée dans mon fauteuil flambant neuf, j’ai donc découvert la nouvelle pièce de Leonore Confino, auteure franco-suisse de 35 ans déjà deux fois nommée aux Molières. Avec « parlons d’autre chose », elle nous invite à entrer dans la tête de 9 jeunes lycéens de la classe de terminale L du lycée Saint-Sulpice. 8 filles et 1 garçon qui ont formé une sorte de clan. Tous bien policés en apparence mais qui chacun à leur manière, comme d’autres générations d’adolescents avec eux, cherchent à transgresser un monde qui les fascine et les inquiète à la fois. Lire la suite

La Bonne nouvelle

14 Jan

la_bonne_nouvelle2v-arbelet_

Les spectacles traitant du monde du travail ont toujours été présents, et même nombreux. Mais, jusqu’à il y a quelques années, leur orientation était souvent caricaturale et ne montrait que des rapports binaires et sans nuance avec « les gentils » d’un côté et « les méchants de l’autre » . Étrangement, la crise économique de 2008 a eu cet effet bénéfique de dé-binariser les pièces traitant de l’emploi et plus généralement du système économique. Et d’inspirer des auteurs venus de l’intérieur du système ou des organisations dont ils parlent et/ou ayant mené un vrai travail d’investigation.

François Bégaudeau et Benoît Lambert, auteurs de « La Bonne Nouvelle » ont ainsi choisi de montrer les coulisses du « monde des dominants » (selon leur propre terme) avec un regard critique d’autant plus intéressé qu’il est juste et étayé. Tous deux nés en 1971 et ayant fait de brillantes études littéraires, ils donnent corps dans la pièce à 5 jeunes cadres dynamiques, ambitieux et « ayant réussi » qui vont chacun faire face à une énorme désillusion après quelques années de carrière. Avec des prénoms naturellement non choisis au hasard au regard du titre de la pièce : Jeanne (Elisabeth Hölzle), Madeleine (Géraldine Pochon), Marthe (Anne Cuisenier), Simon (Emmanuel Vérité) et Luc (Pierric Plathier). Cinq disciples fervents croyants des promesses de l’évangile des grandes entreprises. Lire la suite

Faust

14 Jan

faust_web

Il est toujours compliqué de porter à la scène des textes certes riches et , mais aussi complexes que ceux d’un auteur comme l’illustre Goethe. C’est le défi que s’est lancé le Théâtre du Ranelagh en programmant Faust, ou l’histoire – inspirée par la vie de l’astrologue et alchimiste du même nom ayant vécu aux XVème et XVIème siècle et déjà inspiré une pièce de théâtre au XVIIème siècle.

Dans la de Goethe, Faust, savant renommé et brillant, cherche, malgré la réputation dont il jouit, cherche à rompre l’ennui où il se trouve et à s’initier aux plaisirs du commun des mortels. Il choisit ainsi le rusé Méphistophélès pour guide et accompagnateur, en échange de son âme et ‘sen va ainsi à la conquête de ce qu’il espère ou tout du moins croit pouvoir le satisfaire. Lire la suite

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots