Yannick Bourdelle est Robert Lamoureux

8 Mar

96cd7abd438b7d54b4ed120e9935bc86

 

Malgré ma curiosité et mon goût pour les comiques désuets de l’époque de Bourvil et Fernand Raynaud, il me faut confesser ici, et je laisse les plus de 40 ans me juger (voire plutôt les plus de 50 ou 60 ans, sauf le respect dû à l’âge), que je ne connaissais pas Robert Lamoureux. Et, comble de l’ignorance et du non patriotisme cinématographique, je n’ai pas vu la 7ème compagnie dont le monsieur est auteur et réalisateur.

Tout cela n’a heureusement plus de réelle importance puisque, grâce à Yannick Bourdelle, certainement l’un de ses plus illustres fans, je suis à la fois parfaitement documentée sur la vie de ce très talentueux auteur-acteur-chanteur-réalisateur et conquise par l’humour tendre et délicieusement suranné de certains de ses sketchs et chansons, avec un coup de cœur particulier pour la plupart du temps et de quoi donc tu causes.

Dans ce spectacle-hommage, le jeune comédien, ayant fait ses armes pendant 10 ans comme régisseur et assistant (notamment pour Alexandre Astier, comique connu pour sa part par les moins de 40 ans) avant de se former à jouer sur les planches, arrive à transmettre sa passion et son amour de Robert Lamoureux, retraçant dans un joli décor de bureau boisé chaque étape de la vie et de la carrière de ce personnage hors normes ayant vécu 91 ans. On sent bien en tant que spectateur le travail colossal fait pour collecter avec précision toutes les anecdotes sur cet homme, de la naissance de sa vocation d’écrivain au rythme rapidement intenable de ses interventions à la radio et de ses prestations sur scène, en passant par le soir où le public a pu découvrir à la télévision l’une de ses plus célèbres chansons « papa, maman, la bonne et moi ».

Durant 1h30, on se laisse totalement prendre par ce récit de vie, ponctué des sketchs connus ou moins connus de cette « bête de scène » et d’images d’archives projetées grâce à l’ingéniosité du décor (on sent là le passé de régisseur du comédien). Et l’on se prend totalement d’affection pour cet homme à la vie à la fois riche et complexe, ponctuée des mêmes aléas que celle de tout un chacun, racontée avec sûrement plus de sincérité, sans pathos ni vantardise, que Robert Lamoureux lui-même n’en aurait été capable.

Il est difficile de réellement retranscrire à la fois la simplicité, la beauté et le professionnalisme de ce spectacle qui m’a entièrement conquise, je vous recommande si vous en avez la possibilité d’aller vous laisser charmer par « Yannick Lamoureux » dans cette jolie petite salle, vous en ressortirez certainement en souriant à la vie .

Plus d’infos :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :