Intra muros

10 Avr

4d6dee9b81ec5b6225078fd214d451a0

Pour les initiés du théâtre, et même pour les non initiés, on ne présente plus Alexis Michalik, auteur et metteur en scène d’un talent rare, justement auréolé de succès par le porteur d’histoire qui se joue de façon quasi-ininterrompue depuis septembre 2012, puis par le cercle des illusionnistes  et plus récemment par Edmond (que j’admets n’avoir pas [encore] vu) que vous pouvez également aller admirer au Théâtre du palais-Royal.

Le jeune génie de 34 ans nous revient donc avec sa nouvelle création, Intra muros, et renoue avec l’esprit de ses débuts, à savoir une création collective et chorale, avec changements de personnages et de costumes de visu, et le temps qui file à vitesse grand V pour cette histoire où se révèlent petit à petit les véritables lies qui unissent toutes ces personnalités.

L’histoire a donc pour cadre, comme le titre l’indique sans être pour autant explicite, une salle de prison où un atelier théâtre est organisé. Richard (Paul Jeanson) est donc le professeur – metteur en scène désigné et se fait assister par son ex-femme Jeanne (Jeanne Arènes, qui faisait partie du casting du cercle des illusionnistes), laquelle, bien qu’exaspérée par son ex-mari, n’en est pas moins contente de pouvoir « faire ses cachets » selon l’expression consacrée. Ce démarrage est l’occasion d’une mise en abîme qui parlera très certainement à quiconque a déjà suivi des cours de théâtre (et également à quiconque a déjà été amené à travailler avec un ex sans doute).

Sont également présents la jeune Alice (Alice de Lencquesaing), en stage pénitentiaire et à l’initiative de cette « animation » culturelle, ainsi que les deux seuls volontaires de la prison, le flegmatique et renfrogné Ange (Bernard Blancan) et le plus prolixe Kevin (Fayçal Safi). Naturellement, amener ces deux détenus au caractère bien trempé à participer pleinement à l’expérience ne va pas être de tout repos. Mais ces cours vont surtout être l’occasion pour ces cinq personnages de se dévoiler tour à tour, pas forcément comme ils l’avaient prévu, et de nous entraîner dans leurs histoires pas banales.

Il est difficile et même impossible d’en raconter plus sans gâcher l’immense plaisir de tous ceux et toutes celles qui se rendront au Théâtre 13 Jardin (nouvellement ré-ouvert après travaux). Et il serait dommage de gâcher justement ce moment empli de beaucoup d’humour et d’encore plus d’émotions, en voyant la fresque de ces cinq vies à la fois si simples et si complexes se dessiner, au son mélodieux de la musique interprétée par Raphaël Charpentier. Un très grand moment qui donne envie de se réfugier plus souvent encore entre les murs des théâtres.

Plus d’infos :

 

Publicités

3 Réponses to “Intra muros”

  1. noctenbule 13 avril 2017 à 06:13 #

    Cela donne bien envie d’aller le voir. Par chance, j’y vais ce soir 🙂

    • plumechocolat 13 avril 2017 à 17:25 #

      J’espère que tu apprécieras autant que moi

      • noctenbule 20 avril 2017 à 14:09 #

        C’était vraiment génial. Maintenant va falloir écrire le billet, cela va être plus compliqué 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :