Chatons violents

3 Juin

CHATONS-TDBW

OcéaneRoseMarie aime sortir des sentiers battus dans ses « seule en scène ». Après un premier spectacle portant sur les femmes de pouvoir, puis un deuxième portant sur sa « lesbiennitude », elle prend pour cible dans « chatons violents, créé en 2015, les « BBB ». Comprenez les « Bons Blancs Bobos ».

Dans ce one-woman-show très incisif mais reflètent également son sens aigu de l’observation, cette chanteuse et comédienne chevronnée s’en prend donc aux modes de fonctionnement et aux travers d’un milieu qu’elle connaît bien, celui des trentenaires branchés parisiens, en leur témoignant toutefois une certaine tendresse. De ceux qui plaquent tout sur un coup de tête (ou plutôt sous le coup d’une rupture) aux jeunes parents qui partent s’installer à Montreuil, nouvel eldorado des bobos en quête de mixité sociale, en passant par l’indignation depuis le canapé de son salon le dimanche, personne n’est épargné, sans jamais pourtant verser dans la méchanceté.

Avec son impressionnant débit de parole (et l’articulation parfaite tout aussi étonnante qui lui permet d’user de rapidité dans ses propos), OcéaneRoseMarie se moque ainsi de tout et de tous, et redonne pleinement à l’humour ses lettres de noblesse. Ce qui lui permet, sans en avoir l’air, de faire passer des messages plus profonds qu’il n’y paraît sur la place des étrangers, en surfant sur le « ma fille est très amie avec Djamila », sur le dialogue dans le couple en se servant d’une dispute concernant le chat (ce qui au passage explique le titre de ce spectacle), sur l’idéologie politique de ces jeunes de familles aisées rejetant le RPR de leurs parents et leurs modes de pensée petit-bourgeois pour mieux voter en cœur pour EELV et mettre du bambou dans leur pavillon de banlieue est de Paris en reproduisant inconsciemment le même schéma que celui qu’ils dénoncent, etc.

Bref, en ayant l’air de ne pas y toucher et en faisant rigoler la galerie (ou plutôt le public composé, reconnaissons-le, à 90 % de BBB capables d’auto-dérision dont je fais donc manifestement partie bien que ne votant pas EELV et n’ayant pas (encore) de bambou sur la microscopique jardinière de mon appartement), cette comédienne survoltée arrive à aborder avec intelligence les mêmes sujets qui suscitent habituellement d’interminables palabres et polémiques sur la « webosphère » en mettant presque tout le monde d’accord. Comme quoi les chatons sont peut-être violents, mais le rire, lui, est puissant.

Plus d’infos :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :