Carnet de notes

21 Nov

AFFICHE Carnet de notes

 

Carnet de notes est un spectacle pour lequel il est juste de trouver les qualificatifs adaptés tant il est réussi. Sans doute aurais-je du rester plus longtemps sur les bancs de l’école qui en est le sujet, afin de trouver les mots les plus justes pour en parler. Toujours est-il que j’ai été conquise par ces 7 musiciens-chanteurs comme je le suis rarement.

Dans ce spectacle musical, ils sont donc sept – chiffre parfait qui explique sans doute le charme opéré par cette création de la Compagnie du Sans-Souci – trois hommes guitaristes et quatre femmes qui chantent et jouent un peu de clavier Bontempi, qui nous font revivre l’école en chansons, de la primaire au bas, comme ils le disent eux-mêmes. Avec un sens de la coordination qui force l’admiration et que j’ai vraiment très rarement observé à un tel niveau et avec tant de précision. Et qui est d’autant plus louable que le spectacle est joué en alternance par 13 comédiens au total, avec des changements tous les soirs ou presque. La mise en scène de Marline Gourdon Devaud et d’Isabelle Turschwell est en effet extrêmement soignée et chacun des 7 comédiens y trouve sa place avec brio.

Ensemble, ils donnent vie à cette école dont on parle tant, souvent à charge, pour mieux nous rappeler qu’il s’y passe de belles choses. Et ils nous font voyager au travers des époques, des déclinaisons de latin qu’avaient chantées Jacques Brel à l’absence de débouchés après le bac mise en musique par les Fatals Picards. Ils font également revivre pour nous les cours de biologie, la cantine, les premiers émois de l’adolescence, le traumatisme de la flûte à bec, les spectacles de fin d’année et d’autres surprises encore.

Et ils n’oublient pas, entre deux airs connus ou qui méritent de l’être, de parler avec bienveillance des qualités et des défauts, mais surtout des difficultés des profs d’hier et d’aujourd’hui. Le tout à travers une galerie de personnages cocasses, de l’instituteur au principal en passant par la maîtresse qui déprime seule l’été et par la prof faussement feng shui côté corps enseignant, et du fayot à l’étourdi en passant par les ados vivant leur premier flirt et les rebelles de la cantine côté élèves.  On se laisse totalement entraîner dans cet univers à la fois nostalgique et très actuel et émouvoir par le texte extrêmement fort récité en milieu de spectacle sur l’avenir que l’on offre ou pas à cette jeunesse heureusement pas désabusée. Ce spectacle où l’on passe du rire au questionnement est assurément un immanquable de cette fin d’année !!

Plus d’infos :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :