La chambre de Marie Curie

18 Déc

fb3133a91129c7024215586eaebb9e3b

 

Filip Forgeau est un auteur et metteur en scène qui aime sortir des sentiers battus. Et qui s’intéresse particulièrement à des femmes d’envergure, parmi lesquelles Rosa Luxembourg et les filles de Victor Hugo. Pour sa dernière création, il nous fait découvrir Marie Curie à travers l’amour qui l’unissait à son non moins célèbre mari (sans e celui-là).

Cette traversée non chronologique de la vie de cette illustre scientifique démarre dans la chambre mortuaire où la jeune veuve de 38 ans tente en 1906 de faire le deuil de son mari, dans une séquence muette symbolisant le temps du deuil. Elle se poursuit par des flashbacks sur les instants jugés marquants de sa vie, des recherches faites à deux à sa contribution à l’effort de guerre en 14-18 en passant par sa rencontre avec l’homme qu’elle épousera et sa collaboration avec sa fille.

Si l’on se laisse toucher par l’interprétation très habitée des deux comédiens, Soizic Gourvil et Jean-Michel Fête, la mise en scène peut selon les cas, plaire ou déplaire. Pour ma part, j’ai été gênée par la lenteur et le recours beaucoup trop important aux noirs avec des sons volontairement dérangeants. Pour autant, j’ai aimé le fait de découvrir une figure si souvent citée sous un angle original et très humain. Et de découvrir un autre versant que ses seuls travaux sur le radium. A vous de voir donc si vous souhaitez prendre le risque de vous aventurer dans ce théâtre boisé un peu magique du lieu privilégié qu’est la Cartoucherie du bois de Vincennes…

Plus dinfos :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :