Une sombre histoire de girafe

26 Fév

Girafe

 

Si le titre de cette pièce peut laisser à penser qu’elle se déroule au zoo, l’on n’y voit cependant (au risque de spoiler ou de tuer le suspense qui ne réside en fait pas là) pas d’animaux à l’exception d’une bouée tortue. Et cependant, la comparaison avec un zoo n’est pas totalement fortuite si l’on considère que cohabitent dans cette pièce un public curieux et quatre protagonistes aux comportements pour le moins animaliers, séparés par la barrière entre la scène et les confortables banquettes du théâtre des Béliers Parisiens.

Enfin, lorsque je dis quatre personnages, l’honnêteté intellectuelle voudrait que je dise cinq. Parce que le propriétaire de la bouée tortue, un petit garçon de 2 ans, n’est certes physiquement pas là, mais il est au centre des sombres histoires qui se trament dans ce huis clos estival, qui prend place dans une maison des Cévennes. Là sont réunis deux couples ayant décidé de partager quelques jours de vacances dans une maison de location, l’un nouvellement formé (depuis 6 mois), l’autre ayant partagé 15 ans de vie commune et tout autant d’amitié avec le jeune homme qu’ils ont invité à les rejoindre dans ce cadre bucolique.

Jeune enfant oblige, les velléités de sortir de la propriété pour aller explorer les alentours, et notamment la rivière qui se trouve à 45 minutes de voiture, seront perturbées successivement par les repas, la sieste et la fièvre du petit. A défaut de franchir la porte du jardin, les 4 protagonistes vont se croiser et se livrer au jeu des confidences plus ou moins drôles et plus ou moins agréables. Celles d’un jeune père particulièrement fainéant et légèrement coureurs de jupons (Guillaume Clérice), d’une mère au bord de la névrose à force de tout assumer (Magali Miniac, également autrice de la pièce), d’un séducteur facilement colérique au passé sombre ayant conduit à son divorce (Sébastien Pierre) et d’une psychanalyste étonnamment calme et à l’écoute qui recueillera à son corps défendant davantage de confidences qu’elle n’en livrera (Emmanuelle Bougerol).

Cette comédie grinçante nous fait découvrir avec un mélange d’humour caustique et de finesse les hauts et les bas de la vie de jeunes parents, et ceux des amitiés de toujours qui ne sont pas pour autant dénuées de fragilités.

Plus dinfos :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :