Une vie d’artiste

27 Mar

vie artiste

 

Les petites salles de théâtre ont toujours un côté un peu magique pour moi. Un mélange de convivialité et d’intimité souvent propice à la créativité. Celle du système D, puisque les troupes qui s’y produisent n’ont logiquement pas le budget décors des scènes nationales. Mais aussi l’inventivité des dialogues et l’énergie mise dans l’interprétation. Dimensions sur lesquelles les compagnies des petites salles doivent être au top pour attirer le public. C’est cela qui me touche dans ces lieux. Et notamment dans « une vie d’artiste » qui se joue actuellement A la Folie Théâtre, lieu charmant caché dans une courette du 11ème arrondissement.

Dans ce spectacle, Gino et Lili, couple à la ville comme sur la scène, proposent depuis plus de trois ans un cabaret un peu démodé dont Gino compose toutes les chansons. Et peinent à attirer le public avec leur concept malheureusement un peu éculé. Au point que la grand-mère de Lili approvisionne régulièrement leur compte en banque pour leur permettre de survivre. Mais Gino, plus fier qu’un paon, refuse de passer à autre chose, et Lili, incommensurablement amoureuse, accepte bon gré mal gré de poursuivre cette aventure à fonds perdus.

Tout change cependant lorsque l’un de leurs amis, Arthur, dont la carrière démarre sur les chapeaux de roue, vient voir leur spectacle. Et parle à Lili du spectacle de cabaret dont on lui a confié la responsabilité et dont l’un des artistes vient de faire défection. Cette dernière saute sur l’occasion pour le supplier de les prendre à sa place. D’abord réticent, Arthur va accepter. Mais la partie n’est pas gagnée puisque Gino e souhaite pas corrompre son âme à la télévision et qu’il faudra user de maints stratagèmes pour le convaincre de participer. Avant de devoir trouver d’autres artifices pour ne pas lui avouer que la production ne souhaite pas le voir sur scène mais veut garder sa partenaire.

Dans cette pièce touchante sont abordés avec intelligence des questions universelles comme la vie du couple face aux difficultés, l’intégrité, l’amitié, et les accommodements avec les semi-vérités. Et puis bien sûr, comme une mise en abime, le parcours souvent chaotique des comédiens avant de connaître la célébrité un jour (ou jamais). Les chansons à la fois humoristiques et tendres interprétées par Thomas Bocca (Gino) et Claudia Fortunato (Lili) apportent une vraie fraîcheur, justement de par leur caractère légèrement désuet. Et les manipulations d’Arthur (Rémi Custey) apportent moult rebondissements aux relations de ces 3 personnages un peu improbables. On passe un excellent moment à assister à la préparation de ce show pour le petit écran, bien plus agréable que si l’on était resté devant sa (vraie) télévision.

Plus d’infos :

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :