Vague à larmes

27 Mar

VAL

 

Vague à larmes est un spectacle assez surprenant, qui a pour but de sensibiliser les publics à la question de l’embrigadement idéologique, hélas tristement d’actualité avec le djihadisme. Tout en rappelant à demi-mot que ces méthodes ont existé bien avant et peuvent être appliquées pour des causes multiples. Avec, dans ce processus de captation, une volonté des militants de conduire leurs nouvelles recrues au radicalisme.

Pour communiquer sur ce sujet citoyen auprès d’un public large, allant de 12 à 112 ans, les comédiens de la Compagnie Six Pieds sur Terre ont puisé leur inspiration dans le cinéma. En s’inspirant de deux films : la vague, adapté de la nouvelle de Tod Strasser, décrivant l’expérience d’un professeur américain menant une expérience auprès de ses élèves pour leur démontrer (avec succès hélas) en les prenant pour cobaye que l’instauration d’un totalitarisme est plus simple qu’ils ne le croient ; et Vice-Versa, le film de Pixar donnant vie aux 4 grandes émotions (peur, joie, colère et tristesse) pour mieux démontrer leur complémentarité.

L’on y découvre l’histoire de Leila, 17 ans, complètement rongée par l’incompréhension parce qu’elle vient de découvrir que son amoureux dont elle n’avait plus de nouvelles, s’est embarqué pour la Syrie afin d’y combattre auprès de l’Etat Islamique. La jeune femme s’enferme ainsi dans un univers dominé par la colère, ne laissant plus de place ni à ses proches, ni à ses révisions pour le bac, ni à ses fameuses émotions. Emotions qui viendront pourtant se rappeler à elle.   Avec le parti pris audacieux et réussi de faire s’incarner ces émotions par les 4 comédiens de la troupe (Karine N’dagmissou, Fane Desrues, Eric Bertrand et Benoît Remaud), dans des séquences qui apportent la touche de légèreté et d’humour favorisant une prise de recul des spectateurs.

Totalement à vif et révoltée, Leila rappe (avec beaucoup de talent) pour dire sa rage. Et jure que personne ne pourrait la convaincre de s’engager pour une cause extrémiste comme son copain. Sa conviction va pourtant vite être ébranlée par la mystérieuse Veld qui la contacte via les réseaux sociaux, se prétendant proche de la famille de son (désormais ex) petit ami. Sans s’en apercevoir, elle va se laisser embrigader à son tour dans un système qui la dépassera rapidement. Ses émotions suffiront-elles à lui faire prendre le virage dans l’autre sens ? Vous le saurez en allant voir cette belle création, très pédagogique, avec d’excellents montages vidéos montrant bien le mécanisme des « fake news » dont on parle tant aujourd’hui, et portée par une jeune troupe exigeante et engagée. Pour une vraie bonne cause cette fois.

 

 

Plus d’infos :

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Étale Ta Culture !

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :