Crocodiles

20 Mai
Crocodiles

Crédit photo : Mat Jacob

 

 

J’avais déjà eu l’occasion de découvrir un premier spectacle de la Compagnie Barbès 35 à l’automne dernier avec Bovary – les films sont plus harmonieux que la vie qui revisitait de façon assez atypique le roman de Flaubert et nous faisait redécouvrir la célèbre Emma sous un jour très contemporain. Cette nouvelle création s’appuie elle aussi sur un roman (inspiré d’une histoire vraie) adapté, Dans la mer il y a des crocodiles de Fabio Geda.

L’histoire est celle d’Enaiatollah Akbari dit Enaiat, un jeune enfant afghan faisant partie de la communauté des Hazaras et qui vit dans le village de Nava. A dix ans – supposés, comme il le dit lui-même, puisqu’il n’a pas d’acte de naissance – sa mère le conduit clandestinement au Pakistan où elle l’abandonne, le jugeant en âge de voler de ses propres ailes. Enfant débrouillard, il s’en sortira en passant d’un petit boulot à l’autre. Et se fera son premier ami, Soufi, avec lequel il prendra rapidement la route de l’Iran, pays réputé plus hospitalier.

Commence alors un périple de 4 ans et demi, au cours desquels le jeune garçon va parcourir beaucoup de chemin, mené par des passeurs auxquels il troquera ses bras et sa force de travail contre des longs périples en bus, en camion, en train, en bus, en camion, en train, à pied, en bus, en camion, etc. Il repassera par le Pakistan avant de mettre le cap sur la Turquie puis sur la Grèce, au cours d’une épique traversée de la mer en canot, où il croisera des dangers plus angoissants que les fameux crocodiles. A chaque fois, il se lie avec de nouveaux camarades, en voit d’autres s’éloigner également, ce mode de vie nomade avec ses relations à la fois denses et souvent temporaires devenant partie intégrante de son identité.

Avec passion et humour, avec beaucoup de maturité aussi, il retrace ce parcours aussi chaotique qu’atypique, aussi rude que parsemé de signes d’espoir. L’interprétation d’Enaiat par Rémi Fortin force l’admiration, tant il est habité par le personnage et dégage d’énergie, de justesse et de charisme. Et le recours à la vidéo pour retracer les étapes de ce très long voyage renforce encore l’intensité de ce récit poignant. Dont la fin, sans la dévoiler, est une véritable leçon d’humanité. Surveillez donc les dates de tournée pour ne pas manquer cette tranche de vie en accéléré emplie de découvertes et d’émotions.

Plus dinfos :

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :