Variations sur le « ça va aller »

27 Mai

aller

 

Comme chacun le sait, la vie est faite de hauts et de bas, c’est ce qui en fait toute la saveur, avec parfois des périodes où l’on peut avoir le sentiment qu’un fond d’amertume et d’âpreté dénature tout ce qui y est servi. Face à cela, l’entourage proche ou lointain, se voulant bienveillant, a tendance à faire preuve de maladresse. Voulant encourager à l’optimisme, il emploie ainsi des formules du type « ça va aller » ou « ça va s’arranger », dont il ne semble pas réaliser le caractère totalement inadapté ou inapproprié.

C’est ainsi qu’après un diagnostic de cancer, certains peuvent s’entendre dire « soigne-toi bien » ou « prends soin de toi », conseils certes pertinents mais assez peu réconfortants. Ou que lors d’un divorce ou d’une séparation, des proches parlent à la personne de se recaser, ou pire, vont lui dire que son ex-conjoint « n’était pas assez bien pour lui / elle ». La liste pourrait ainsi être prolongée quasiment à l’infini, sur des sujets graves comme anodins. Parce qu’avouons-le nous, tout autant que nous sommes, nous avons tous déjà entendu – et malheureusement prononcé – ce genre de petites phrases très rapidement irritantes.

Il est ainsi grand temps d’arrêter de chercher à se réconforter soi-même et, comme le disaient feus nos grands-parents, de tourner sept fois nos langues dans nos bouches avant d’en faire sortir des bêtises. Les personnes qui se sentent mal, pour de bonnes ou de mauvaises raisons, valent en effet mieux qu’une formule faussement compatissante.

Si l’on exclut les cas où l’on estime (à tort ou à raison) qu’elles font une montagne pour rien ou tout le moins pour pas grand-chose (oui, je suis d’humeur à ressortir toutes les vieilles expressions oubliées dans ce billet) et où mieux vaut alors se montrer franc à ce sujet, le minimum que l’on puisse faire face à un proche ou un moins proche en détresse est d’accueillir la souffrance qu’il/ elle exprime. Ce qui signifie alors qu’en lieu et place du « ça va aller », l’on acte ce qui a été dit, avec des formules se rapprochant davantage du « oui, c’est normal que tu souffres », « ta situation est en effet difficile » ou autres phrases qui peuvent paraître banales mais qui sont en réalité bien plus réconfortantes parce qu’elles témoignent d’une écoute et d’une compréhension de la situation factuelle. Il existe en effet beaucoup de problèmes qui mettent du temps à se résoudre. Et qui impliquent donc que ceux qui y sont confrontés soient tristes ou en colère ou doivent se battre pendant plusieurs mois ou années avant de s’en affranchir. En avoir conscience ne signifie en aucun cas que l’on se montre pessimiste ou qu’on encourage l’autre à se murer dans sa détresse. Au contraire, reconnaître ce qu’il vit avec objectivité lui permettra de ne pas culpabiliser de ne pas retrouver le sourire en 5 minutes.

Une fois cette première étape franchie, il peut arriver que l’on souhaite sincèrement apporter son soutien mais que l’on ne sache pas comment. Le dire ouvertement me semble plus efficace que de tourner autour du pot en réemployant des mots qui risquent une nouvelle fois d’être à côté de la plaque. Chacun est parfaitement en droit de ne pas avoir plus de recul face à une difficulté que la personne qui la subit. Montrer que l’on est présent et non jugeant est le plus souvent suffisant. L’on peut aussi laisser ce fameux autre libre de déterminer si et de quelle manière l’on sera capable de l’aider. Enfin, dans le cas où son problème nous est assez familier pour lui apporter un véritable appui, le plus simple est de le lui proposer. En le laissant toujours libre. Parce que la solution que l’on imagine peut ne pas lui correspondre. Ou être proposée trop tôt par rapport à son propre cheminement. Dans tous les cas, le plus déterminant reste, comme pour le « ça va aller », de ne jamais asséner à celui ou celle qui nous fait suffisamment confiance pour se livrer, de n’asséner aucune phrase impérative ou excessivement naïve. C’est en général de cette façon là qu’il ou elle ira en effet mieux le plus rapidement et efficacement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :