Pour le meilleur et pour le dire

3 Sep

meilleur

 

 

Le spectacle vivant, surtout en région parisienne, propose régulièrement de très belles créations qui permettent à tous types de publics de passer de jolies soirées (ou matinées selon le cas), placées sous le signe du rire ou de l’émotion. Pour autant, comme dans l’ensemble des disciplines artistiques, les vrais coups de cœur, les pièces qui transportent véritablement, ne sont pas légion. Et me concernant, « pour le meilleur et pour le dire » en est un. Qui réunit de surcroît à la fois le rire et l’émotion.

L’histoire, qui pourrait presque ne pas en être une, est celle d’Audrey (Céline Perra) et Julien (Roger Contebardo), en couple depuis un an et follement amoureux. Seulement, Audrey a 36 ans et désire un enfant, et Julien est divorcé et déjà papa d’un petit garçon de 4 ans et « ne se sent pas prêt ». Pas davantage d’ailleurs pour devenir père une deuxième fois que pour emménager avec celle qu’il aime, ni même pour la présenter à sa meilleure amie Coralie (Caroline Brésard) qui ne manque d’ailleurs pas de le charrier sur sa frilosité à s’engager. Cette dernière, comédienne, se réfugie dans des spectacles très alternatifs et pratique le sophro-rebirth pour fuir sa vie de couple dans laquelle elle n’a plus le sentiment d’avoir sa place.

En somme, le très beau texte de David Basant et Mélanie Reumaux nous montre des situations classiques, et néanmoins dépeintes et interprétées avec beaucoup de talent et de sensibilité. Qui bien entendu ne s’arrêtent pas là. Puisque ces personnages, qui se sentent coincés dans leur quotidien, ont tous pour point commun d’aller voir une psy, Mona (Tessa Volkine), afin d’y voir plus clair dans leurs pensées et sentiments emmêlés. Laquelle ne va pas tarder à comprendre qu’Audrey, qu’elle reçoit depuis 4 ans et Clément, son tout nouveau patient, sont en fait en couple tous les deux. Et se retrouver à un cas de conscience que son fils Sacha (Edouard Giard) ne va pas forcément l’aider à résoudre. D’autant qu’il est occupé à draguer une femme plus âgée que lui et à tomber amoureux pour la première fois… vous devinerez sans doute de qui il s’agit. Les imbroglios vont monter crescendo, difficilement canalisés par cette psychothérapeute haute en couleurs mais légèrement débordée par tous les non dits et quiproquos qui se jouent à quelques rues de son cabinet.

Cette troupe de comédiens solaire et pétillante nous offre un moment délicieux, où l’on entre totalement dans l’histoire tant les caractères sont bien dessinés et reflètent fidèlement notre époque et les questionnements que nous avons tous traversés. Ce délicieux cocktail d’humour, de profondeur et de sensibilité à fleur de peau mérite une longue vie. Et un énorme merci à toute l’équipe, pour le meilleur et pour le dire.

Plus d’infos :

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

amenaviguante

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Broute le gazon

mais souris pas ! t'en as sur les dents !

cylklique

Des images... et des mots

rienaredire

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Les confidences extraordinaires du Professeur Bang

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

#EtaleTaCulture – La Culture Générale pour briller en société

La douceur et la force du thé, le piquant du chocolat au piment, la passion des mots

%d blogueurs aiment cette page :